Tricastin : Sur dérogation, la centrale nucléaire a rejeté de l’eau plus chaude qu’autorisé

EXCEPTION La centrale du Tricastin (Drôme) a utilisé une autorisation spéciale du 7 au 15 août

20 Minutes avec agence
L'eau utilisée pour refroidir la centrale de Tricastin est rejetée dans le Rhône.
L'eau utilisée pour refroidir la centrale de Tricastin est rejetée dans le Rhône. — falco

Les eaux rejetées dans le Rhône par la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) ont dépassé la température maximale autorisée à neuf reprises en août. Pour chacune de ces journées, l’usine avait cependant l’autorisation de déroger à la règle. L'Autorité de Sûreté nucléaire lui avait en effet accordé une dérogation, indique France Bleu Drôme Ardèche.

Quatre autres centrales nucléaires françaises bénéficient d’une permission similaire : celles de Bugey (Ain), Saint-Alban (Isère), Golfech (Tarn-et-Garonne) et Le Blayais (Gironde). Les dérogations sont pour l’instant valables jusqu’au 11 septembre prochain. Elles ont été accordées en raison de la sécheresse et des chaleurs extrêmes.

Elles ont fait grimper la température des rivières et ont diminué leur niveau, obligeant les centrales à limiter leur activité ou à rejeter une eau plus chaude. Entre le 7 et le 15 août derniers, la température du liquide utilisé pour refroidir Tricastin était de 28,62 °C en moyenne au moment de son arrivée dans le canal. La limite est habituellement de 28 °C.