Onu-Climat : Simon Stiell, ancien ministre de l’Environnement de la Grenade, nommé à la tête de la Convention

CHANGEMENT CLIMATIQUE Alors que son pays est en première ligne face aux impacts du réchauffement de la planète, il devrait prendre ses fonctions avant la COP27 qui se déroulera en novembre en Egypte

20 Minutes avec AFP
Simon Stiell, sur cette photo en 2021, a été nommé le 15 août 2022 secrétaire exécutif de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).
Simon Stiell, sur cette photo en 2021, a été nommé le 15 août 2022 secrétaire exécutif de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). — Alberto Pezzali/AP/SIPA

L’Onu-Climat a une nouvelle tête. Simon Stiell, ancien ministre de la Grenade, a été nommé lundi secrétaire exécutif de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), alors que les « pertes et dommages » des pays en première ligne face aux impacts du réchauffement, comme le sien, sont désormais un enjeu clé des négociations climat.

Ce défenseur de longue date de la lutte contre le changement climatique succédera à la Mexicaine Patricia Espinosa à la CCNUCC, au sein de laquelle se déroulent toutes les négociations sur le climat, y compris dans le cadre de l'Accord de Paris.

Ancien ministre de la Résilience climatique

Il devrait prendre ses fonctions « bientôt », a précisé le porte-parole du secrétaire général de l’Onu Antonio Guterres, laissant ainsi entendre qu’il serait en poste pour la prochaine conférence climat de l’Onu, la COP27, en Egypte en novembre. Cette nomination par le secrétaire général a été approuvée par le bureau de la CCNUCC, qui comprend des représentants de tous les groupes régionaux.

Membre du gouvernement de la Grenade de mars 2013 à juin 2022, Simon Stiell a notamment été pendant cinq ans ministre de l'Environnement et de la Résilience climatique. Il a appelé sans relâche pendant les COP Climat à faire plus contre le réchauffement, notamment au sein de la Coalition pour une haute ambition qui rassemble les pays poussant à plus d’ambition dans la réduction des gaz à effet de serre.

« Félicitations à l’un des défenseurs du climat les plus dévoués des Caraïbes », a réagi sur Twitter l’Alliance des petits Etats insulaires Aosis, dont la Grenade fait partie. Ces Etats, comme de nombreux autres pays en développement, ne sont pas responsables du réchauffement mais sont en première ligne face à ses impacts, subissant notamment une multiplication des tempêtes et étant menacés par la montée du niveau de la mer.

Les « pertes et dommages », un point crucial des négociations

La question des « pertes et dommages » déjà causés par le réchauffement est devenue un point crucial des négociations climat et devrait être un enjeu majeur de la COP27. S’ajoutant aux questions de l’ambition dans la réduction des émissions pour espérer respecter l’accord de Paris, de l’adaptation aux impacts, et du financement.

Simon Stiell remplacera donc Patricia Espinosa, qui a effectué deux mandats à la tête de la CCNUCC depuis 2016. Le second mandat de la Mexicaine avait pris fin mi-juillet, et en attendant la nomination d’un successeur, le Mauritanien Ibrahim Thiaw avait été nommé par intérim, assumant dans le même temps ses fonctions de secrétaire exécutif de la Convention de l’Onu sur la désertification.