« Double jet-stream » : Quel est ce phénomène qui pourrait être lié à la succession des canicules ?

CHALEUR Ce phénomène expliquerait également la canicule de 2003

20 Minutes avec agence
La France est touchée par plusieurs épisodes de canicules cet été (illustration).
La France est touchée par plusieurs épisodes de canicules cet été (illustration). — Mourad ALLILI/SIPA

Une quatrième vague de chaleur touche la France depuis ce lundi. Cet épisode caniculaire, qui va durer jusqu’en fin de semaine, pourrait ne pas être le dernier de l’été. Comme le rapporte le HuffPost, une étude publiée le 4 juillet dernier dans Nature par des chercheurs de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK) montre en effet qu’une grande partie de l’Europe de l’Ouest est actuellement bloquée dans un courant d’air chaud favorisé par un effet « double jet-stream ».

Un fonctionnement perturbé

À l’origine, le jet-stream est un couloir de vents puissants qui permet notamment de réguler en Europe les courants d’air froid venant du Groenland et les courants d’air chaud venus du Sahara. Mais, avec le réchauffement climatique, le fonctionnement initial du jet-stream semble avoir été perturbé.

Les masses d’air froid du Groenland, région qui se réchauffe le plus au monde, se sont en effet affaiblies. Son courant d’air est donc de plus en plus insuffisant pour contrer celui du Sahara. En conséquence, le jet-stream a migré vers le nord et a même ralenti.

Un piège à chaleur

En retour, ce ralentissement provoque de plus en plus fréquemment une scission en deux du courant du jet-stream : le double jet-stream. Cette division change complètement son fonctionnement. Au lieu de repousser l’air chaud venu du Sahara, il vient désormais l’enfermer entre ses deux branches.

Ainsi, selon les chercheurs, 30 % de l’intensité des canicules en Europe entre 1979 et 2020 serait liée à cet effet. Ce pourcentage monte même à 100 % pour l’Europe de l’Ouest. La canicule de 2003 s’expliquerait principalement par ce phénomène. Une surveillance accrue du jet-stream pourrait ainsi permettre de mieux anticiper les futures canicules.