Fortes chaleurs : Météo-France prévoit une nouvelle hausse des températures

DEFICIT DE PLUIE Des températures maximales entre 32°C et 36°C pourraient très probablement se maintenir durablement sur une grande partie du pays

20 Minutes avec AFP
— 
La Garonne dont le niveau est au plus bas en raison de la canicule et du manque de précipitations.
La Garonne dont le niveau est au plus bas en raison de la canicule et du manque de précipitations. — FRED SCHEIBER/SIPA

Et de quatre. Après un rafraîchissement dans certaines régions, Météo-France prévoit de nouvelles hausses de températures dès dimanche et une aggravation de la sécheresse des sols malgré les orages. « Après un rafraîchissement par le nord-ouest du pays en cette fin de semaine, les températures repartent à la hausse dès dimanche sur le sud-ouest et gagnent la moitié nord lundi », annonce Météo-France vendredi soir. Dimanche, « on attend 33 °C à 35 °C sur le sud-ouest, tandis que les températures restent stationnaires ou sont en légère baisse sur les régions méditerranéennes », précise le point de situation.

« Lundi, la hausse des températures se poursuit et gagne la moitié nord : on attend 35 °C à 37 °C du sud-ouest au sud-est, et 30 °C à 34 °C plus au nord, excepté sur un petit quart nord-ouest qui reste sous la barre des 30 °C », selon Météo-France. « Des températures maximales entre 32 °C et 36 °C pourraient très probablement se maintenir durablement sur une grande partie du pays. »


Pour l’heure, « il demeure une incertitude » pour savoir s’il faudra considérer ces évolutions comme une « interruption » de la «troisième vague de chaleur de l'été », qui a débuté le 31 juillet, explique le service météorologique : « à l’échelle nationale, elle pourrait se terminer en début de week-end à la faveur d’une baisse des températures sur les trois quarts du pays ou perdurer ».

Le déficit de pluie s’aggrave

Les orages de la fin de semaine ne suffiront toutefois pas à pallier le déficit de pluie historique à l’échelle nationale en juillet, deuxième mois de l'année le plus sec depuis les premiers relevés.

« Au niveau national, depuis le 17 juillet, la France établit chaque jour un nouveau record de sécheresse des sols (sur un historique qui débute en août 1958) », note Météo-France. En Corse, ce record quotidien est même battu chaque jour depuis début juillet et depuis mi-mai en PACA. « Cette situation constitue un événement majeur comparable aux sécheresses des années 1976 et 2003 », soulignent les météorologues. « D’ici le milieu du mois d’août, il est très probable que cette situation de sécheresse des sols s’aggrave encore sur un grand nombre de régions. »