Un projet de caution de 15.000 euros avant d’escalader le Mont-Blanc pour responsabiliser le public

MONTAGNE Ce versement à prendre « au second degré » couvre 10.000 euros de frais de secours et 5.000 euros de frais d’obsèques.

20 Minutes avec agence
— 
Le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie) a évoqué cette mesure pour déclencher une prise de conscience des grimpeurs en herbe (illustration).
Le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie) a évoqué cette mesure pour déclencher une prise de conscience des grimpeurs en herbe (illustration). — Caroline Girardon/20 Minutes

Avec la canicule, l’ascension du Mont-Blanc par le couloir du Goûter est fortement déconseillée. La situation ne semble cependant pas arrêter certains alpinistes en herbe. Pour alerter l’opinion publique sur la difficulté de l’ascension, le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie) a évoqué ce mercredi une caution de 15.000 euros pour chaque grimpeur, rapporte France 3 Auvergne Rhône-Alpes.


Dans son communiqué relayé sur Twitter, il a notamment fait état de la cinquantaine d'« hurluberlus candidats à la mort » qui se sont lancés dans cette traversée depuis fin juillet. La caution servirait à financer les secours à hauteur de 10.000 euros, ainsi que 5.000 euros de frais d’obsèques.

Assumer le coût en cas de problème

L’élu a en effet estimé que le « contribuable français » n’avait pas à supporter ces coûts. Au-delà de cette proposition « au second degré », Jean-Marc Peillex a invité les sociétés de remontées mécaniques à fermer l’accès à certaines voies dangereuses.