Sécheresse : Plus d’eau en Haute-Corse d’ici vingt-cinq jours selon les estimations ? C'est vrai

FAKE OFF Le préfet a expliqué que cela arrivera si « nous continuons à ce rythme de consommation d’eau, compte tenu des évolutions météorologiques attendues »

Maïwenn Furic
— 
Des restrictions ont été mises en place sur l'île, comme dans de nombreux autres départements français
Des restrictions ont été mises en place sur l'île, comme dans de nombreux autres départements français — Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA
  • Juillet est le troisième mois de juillet le plus chaud de France. De nombreux départements sont ce mercredi en vigilance orange face à la canicule, et certains sont soumis à des restrictions d’utilisation d’eau.
  • Sur les réseaux sociaux, des internautes affirment que d’ici 25 jours il n’y aura plus d’eau en Corse.
  • Ce sera bien le cas en Haute-Corse si la consommation se poursuit ainsi, et que les prévisions météorologiques restent telles quelles.

« Tous ceux qui répètent comme des moutons qu’il n’y aura plus d’eau en Corse dans un mois, taisez-vous avec vos fake news », écrit une internaute sur Twitter. Le sujet tourne sur les réseaux sociaux et divise les sceptiques des convaincus.

Au 5 juin, la situation était considérée comme « normale » par la préfecture au niveau des précipitations, et les réserves étaient à leur maximum. Une approche « satisfaisante de la saison estivale ». Depuis les différentes canicules, et avec à peine quatre jours de pluie enregistrés, cela a bien changé. Le 13 juillet, la Corse est passée en niveau d'alerte renforcé face à la sécheresse, et a mis en place des restrictions d’utilisation de l’eau. La Haute-Corse va bientôt épuiser toutes ses ressources en eau. 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Ce mardi 2 août se tenait une réunion entre le préfet de Haute-Corse, François Ravier, le président de l’office hydraulique, les services de l’État, ceux de la collectivité de Corse, et les représentants de la chambre d’agriculture et de l’Odarc. Une rencontre programmée pour faire le point sur les mesures de restriction d’eau mises en place il y a deux semaines.

Suite à cela, le préfet a effectivement publié un communiqué dans lequel il annonce : « SI nous continuons à ce rythme de consommation d’eau, compte tenu des évolutions météorologiques attendues, il n’y aura plus d’eau dans vingt-cinq jours ! »

Dans ce même texte, il a souligné que si « ces mesures ont eu un effet certain, nous sommes loin des objectifs escomptés en matière d’économie d’eau ». Et a également constaté de nombreuses violations aux restrictions en vigueur. Le préfet a donc estimé qu’il était « urgent de prendre des mesures encore plus restrictives et d’en appeler à la responsabilité collective et solidaire de tous, qu’il s’agisse des consommateurs d’eau brute ou d’eau potable ».

Pour l’eau brute, l’arrosage qui était jusqu’à présent interdit durant vingt-quatre heures chaque semaine, le sera maintenant trente-six heures, sauf exceptions. « Les contrôles seront nettement renforcés », prévient le préfet.

Les anciennes restrictions maintenues

Autres interdictions : le lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles équipées d’économiseurs d’eau, à l’exception des véhicules professionnels soumis à impératifs sanitaires ou techniques, le lavage des bateaux, à l’exception des bateaux professionnels soumis à impératifs sanitaires ou techniques, ainsi que le remplissage des piscines privées et l’arrosage par aspersion.

Entre 8 heures et 20 heures, l’arrosage par dispositif de type « goutte à goutte » est également prohibé. Il en est de même pour l’arrosage des terrains de sport, terrains de golf, pépinières et jardins publics, ainsi que pour le lavage des voies de circulation publiques.