Afrique du Sud : Un sanctuaire accueille les bébés rhinocéros orphelins à cause du braconnage

ANIMAUX Les bébés rhinocéros ont besoin d’une présence et de soins constants, notamment la nuit, pendant les cinq premiers mois de leur existence

20 Minutes avec agences
Un bébé rhinocéros (illustration).
Un bébé rhinocéros (illustration). — Safari Park Dvůr Králové/Cover Images/SIPA

Un déménagement de rhinocéros n’est pas une mince affaire. Il aura fallu six semaines à une équipe de vétérinaires spécialisés pour déplacer plus de 30 jeunes rhinocéros orphelins vers un nouveau sanctuaire en Afrique du Sud.

Dans ce lieu tenu secret, dans la province de Limpopo, les animaux seront à l’abri des braconniers qui ont tué leurs mères. « On ne peut pas juste les déplacer tous d’un coup et dire "allez hop, maintenant chez vous c’est ici" », explique Yolande van der Merwe, directrice de l’Orphelinat des rhinocéros. « Il faut faire les choses avec délicatesse, ils sont très sensibles. »


Aider les rhinos à surmonter le traumatisme

Au sanctuaire, les orphelins sont dorlotés par une équipe de soignants qui se relaient auprès d’eux constamment. « Les rhinocéros gardent leurs petits à leurs pieds toute la journée, 24 h/24, sept jours sur sept », explique la directrice. « C’est ce type de soins soutenus dont ils ont besoin », explique la directrice de 39 ans.

Les cinq premiers mois, les volontaires dorment chaque nuit avec les petits rhinos. « On devient leurs mamans », explique Yolande Van Der Merwe. « Ils se collent à nous pendant la nuit. Si on veut aller manger un morceau ou passer aux toilettes, on doit se faire remplacer. Sinon le bébé stresse, crie, pleure. Il leur faut cet amour, ces soins intenses pour […] surmonter le traumatisme. »

Un braconnage féroce en Afrique du Sud

La mission auprès de ces bébés orphelins tient en trois mots : « secourir, requinquer et relâcher ». A la naissance, ces rhinos blancs pèsent une quarantaine de kilos. Ils se mettent immédiatement à manger énormément et prennent plus d’un kilo par jour. A un an, ils frôlent la demi-tonne.

L’Afrique du Sud abrite près de 80 % des rhinocéros du monde mais est aussi un haut lieu du braconnage. En dix ans, des milliers d’individus y ont été tués pour leurs cornes, très recherchées en Asie pour des vertus non démontrées (elle est composée de kératine, comme les ongles humains). Elle se vend parfois jusqu’à 90.000 euros le kilo via des réseaux mafieux.