Indonésie : Une immense forêt de camphriers d'une espèce quasi-disparue découverte à Sumatra

ARBRES Qualifiés de « vulnérables » par les spécialistes, ces camphriers figurent sur la liste rouge des espèces menacées

20 Minutes avec agence
Un camphrier (illustration).
Un camphrier (illustration). — Hans / Pixabay

Une forêt de camphriers rares a été découverte sur l’île de Sumatra (Indonésie). Des chercheurs ont mis au jour une zone de 600 hectares peuplée d’arbres âgés de 200 à 300 ans, rapporte le média local Kompas relayé par Courrier International.

Cette trouvaille est très enthousiasmante pour les scientifiques et même les historiens. « La découverte de cette forêt est un trésor pour le patrimoine mondial », a ainsi déclaré Ichwan Azhari, un historien indonésien, à Kompas. « C’est comme découvrir les ruines d’une ancienne civilisation, mais toujours vivante. »

Une espèce d’arbre très vulnérable

Le Dryobalanops aromatica est une espèce très rare de camphrier que les chercheurs pensaient disparue à l’état naturel. Ils allaient même abandonner leurs recherches quand ils ont fait l’exceptionnelle découverte. L’arbre en question produit en outre du camphre de Barus, une substance aromatique précieuse connue depuis l’Antiquité pour ses propriétés antiseptiques.

L’équipe de chercheurs de l’université de Medan (Indonésie) avait orienté ses recherches depuis 2016 du côté du village de Siordang, surnommé « le dernier refuge des camphriers ». En effet, il subsisterait vingt Dryobalanops aromatica à cet endroit, cultivés par les paysans locaux et étudiés avec curiosité par les botanistes de passage.

Ces camphres sont classés comme vulnérables sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). La découverte de cette forêt de 600 hectares ouvre donc de nouvelles perspectives. Selon Kompas, elle est amenée à devenir « un centre de recherche sur le camphre ainsi qu’un site d’archéologie végétale et de tourisme écoresponsable ».