Une tempête solaire s’est abattue sur la Terre dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 juillet

ESPACE Le phénomène pourrait bien s’intensifier à l'avenir jusqu’à atteindre un pic en 2025

20 Minutes avec agence
Une image du soleil captée par la sonde Solar Orbiter.
Une image du soleil captée par la sonde Solar Orbiter. — ESA/NASA/Cover Images/SIPA

Une tempête solaire a touché la planète Terre dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 juillet 2022. Il s’agirait d’une éruption massive qui s’est échappée du soleil avant de se diriger vers notre planète, selon les scientifiques de la Nasa, rapporte La Dépêche du Midi.

« L’orientation magnétique de cette tempête solaire dirigée vers la Terre sera difficile à prévoir. Des conditions de niveau G2 (éventuellement G3) – une classification qui correspond à un événement d’intensité "modérée", selon nos confrères – peuvent se produire si le champ magnétique de cette tempête est orienté vers le sud ! », avait expliqué sur Twitter la physicienne en météorologie spatiale Dr Tamitha Skov.


Multiplication des éruptions solaires

Ce phénomène serait dû à une accumulation d’énergie à la surface du soleil, selon TF1 Info. Du plasma solaire (ou EMC, pour éjection de masse coronale) serait projeté à grande vitesse dans l’ espace avant de frapper la haute atmosphère de la Terre et d’interagir avec son champ magnétique. Le nom de « Météo de l’espace » a été donné à l’étude de ces phénomènes par le CNRS, en octobre 2021.

Reste que les éruptions solaires d’intensité extrême sont rares. Elles pourraient toutefois se multiplier les années à venir, et ce en raison du nouveau cycle dans lequel est entré l’astre solaire. Un cycle d’une durée de 11 ans qui devrait atteindre un pic en 2025. « En général, nous sommes bien protégés du Soleil (…) Mais quand les éruptions solaires sont suffisamment fortes et orientées vers la Terre, elles peuvent créer des perturbations sur notre planète », explique une chercheuse à l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP).

Plusieurs conséquences

Ces orages magnétiques, qui durent de quelques minutes à plusieurs heures, peuvent avoir plusieurs conséquences comme des aurores boréales à des latitudes plus basses que d’habitude. Les réseaux de télécommunications peuvent également être perturbés, tout comme l’orbite de certains satellites. Le dernier orage solaire avait touché la Terre le 6 juillet 2022.