20 Minutes : Actualités et infos en direct
ENQUÊTE ?Sea Shepherd va porter plainte après la mort d’une orque dans la Seine

Seine-Maritime : L’orque perdue dans la Seine avait une balle dans la tête, Sea Shepherd porte plainte

ENQUÊTE ?La piste de la mort par inanition est toujours la plus privilégiée
L'orque, repérée pour la première fois le 16 mai près du pont de Normandie, entre Honfleur et Le Havre, avait été retrouvée morte lundi matin malgré les multiples efforts pour essayer de lui venir en aide.
L'orque, repérée pour la première fois le 16 mai près du pont de Normandie, entre Honfleur et Le Havre, avait été retrouvée morte lundi matin malgré les multiples efforts pour essayer de lui venir en aide. - Sea Shepherd / Sea Shepherd
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Une balle a été retrouvée à la base du crâne de l’orque morte fin mai dans la Seine. L’autopsie privilégie toutefois un décès par inanition, car « aucune certitude ne peut être tirée à ce stade », a indiqué ce mercredi la préfecture de Seine-Maritime.

Il n’est en effet « pas possible de dater le moment où la balle a pénétré le corps de l’animal », précise un communiqué de la préfecture. Le procureur de la République de Rouen a été informé de cette découverte et « déterminera les suites qu’il souhaite y donner ».

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Une inanition due à l’isolement de l’orque

De son côté, Sea Shepherd France a annoncé sur Twitter son intention de porter plainte contre X pour « tentative de destruction d’espèce protégée ». « Si la cause exacte du décès n’est pas connue, les éléments recueillis indiquent que sa mort n’est pas directement liée à son passage dans la Seine », ajoute en effet la préfecture dans son communiqué.

Les premiers résultats des examens post-mortem amènent à privilégier l’hypothèse d’une mort par inanition (état de faiblesse dû à l’arrêt de l’alimentation). Cet état de faiblesse pourrait s’expliquer par l’isolement de l’orque, qui évolue habituellement en groupe. La nécropsie effectuée le 31 mai dernier a confirmé la « mauvaise condition physique » de l’orque.

Le cétacé, une femelle « immature » de plus de 4 m de long et d’un poids avoisinant les 1.100 kg, avait été repéré dans la Seine fin mai pendant plusieurs jours avant d’être retrouvée morte. D’autres résultats d’analyses sont attendus dans les prochains mois. Le squelette sera ensuite préparé et rejoindra la réserve des mammifères marins du Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

Sujets liés