Effondrement d’un glacier en Italie : « Avec la fonte des glaces, il n’y a plus rien qui tient », alerte un météorologue

INTERVIEW Selon le météorologue Thomas Blanchard, l’effondrement d’une partie du glacier de la Marmolada, dimanche en Italie, pourrait se répéter de plus en plus fréquemment

Propos recueillis par Lina Fourneau
— 
Le glacier de la Marmolada
Le glacier de la Marmolada — CHINE NOUVELLE/SIPA
  • Dimanche, dans les Alpes italiennes, une partie du glacier de la Marmolada s’est effondrée après plusieurs jours de températures records.
  • Cette chute massive a entraîné la mort de 6 personnes, et 8 autres ont été blessés. Plusieurs disparus n’ont pas encore été retrouvés.
  • Une conséquence directe du réchauffement climatique, selon le météorologue Thomas Blanchard, interrogé par 20 Minutes.

Des images aussi impressionnantes qu’inquiétantes. Dimanche, dans les Alpes italiennes, une grande partie du glacier de la Marmolada s’est détachée. Après un record de température, avec 10 °C observés au sommet du site les jours précédents, l’effondrement du plus grand glacier de ce massif est avant tout la conséquence du réchauffement climatique, explique le météorologue Thomas Blanchard, que 20 minutes a interrogé. Spécialiste de la montagne, il se dit inquiet des prévisions à venir.

L’effondrement qui a eu lieu dimanche dans le parc national des Dolomites, en Italie, est-il exceptionnel, ou de tels épisodes sont-ils déjà survenus ?

Pendant l’été, il est courant de voir plusieurs chutes de glaciers. Mais cette fois, nous avons vu une importante masse être emportée. L’événement n’est malheureusement pas exceptionnel étant donné qu’il commence à être de plus en plus fréquent avec le réchauffement climatique.

On parle souvent des effets du réchauffement climatique sur les littoraux, un peu moins en montagne. Le risque est-il d’autant plus grand ?

En effet, le réchauffement climatique est nettement plus accentué en montagne qu’ailleurs. A travers les modélisations qui sont dessinées pour les années à venir, nous voyons que nous sommes en plein dedans. Les glaciers fondent en grande partie et de plus en plus vite. Et le problème, c’est que la glace représente le ciment de la montagne et aide à tenir les roches. Avec la fonte des glaces, il n’y a plus rien qui tient.

La veille du drame, les températures avaient atteint 10 °C au sommet, ce qui représente un record. Est-ce le principal facteur de cet effondrement ?

En réalité, c’est plutôt la conséquence des conditions météorologiques de ces derniers mois. Nous avons connu un hiver peu enneigé, surtout dans cette région. Puis nous avons traversé un printemps très chaud, avec des records de température déjà battus au mois de mai. Et enfin, une canicule extrêmement précoce est arrivée. Le peu de neige accumulée a donc fondu trop vite, et il n’y a plus assez de couvertures de neige pour protéger le glacier.

Faut-il s’attendre à des épisodes similaires à l’avenir ?

C’est un événement qui peut se reproduire, car la fonte des glaces accentue ce type de phénomène. A court terme, on est plutôt inquiet pour cet été, où l’on risque de nombreuses vagues de chaleur et de la sécheresse. On craint également un hiver assez dangereux en haute montagne, aussi bien pour les glaciers que pour les nombreux éboulements dans les rochers.

A plus long terme, les projections faites par les climatologues indiquent que les glaciers vont de plus en plus souffrir.

Une des dix menaces majeures causées par le réchauffement climatique

D’après le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), la fonte des glaces est l’une des dix menaces majeures causées par le réchauffement climatique. Selon le glaciologue Vincent Peyaud, contacté par 20 Minutes, des glaciers pourraient encore disparaître d’ici à la fin du siècle. D’après l’expert, la fonte des glaces entraîne en effet le recul, voire l’amincissement, de ces glaciers. Cela peut notamment provoquer la création de poches d’eau, qui représentent une menace pour le glacier. « Dans certaines zones, nous pouvons également observer des glaciers suspendus, avec des falaises de glace qui tiennent en équilibre et tombent petit bout par petit bout, ajoute le chercheur au CNRS. Si les conditions climatiques changent, ils peuvent devenir instables et s’écrouler ».