Réchauffement climatique : Les Caraïbes en grand danger, alerte Antonio Guterres

URGENCE Le secrétaire général des Nations unies a salué les résultats obtenus par le Suriname, « l’un des rares pays à être négatif » en matière d’émissions de CO2

20 Minutes avec agences
— 
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. — Armando Franca/AP/SIPA

« Les Caraïbes sont en première ligne de l’urgence climatique mondiale. » Ce dimanche, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a mis en garde contre la « vulnérabilité » des Caraïbes face au changement climatique.

« Les petites îles et les Etats côtiers de faible altitude dans les Caraïbes sont particulièrement vulnérables à ce qui représente sans doute le défi le plus important auquel le monde ait à faire face actuellement », a-t-il déclaré en ouvrant le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) à Paramaribo, au Suriname.


« Nous n’avons pas de temps à perdre »

Antonio Guterres a réclamé des actions urgentes pour réduire les émissions de CO2, car « nous n’avons pas de temps à perdre ». Sur Twitter, il a relevé que le Surinam était « l’un des rares pays à être négatif » en matière d’émissions de CO2 « et un leader dans la protection de la biodiversité. Un exemple pour la population, pour la prospérité et pour notre planète. »

Par ailleurs, concernant l’endettement qui a gonflé du fait de la pandémie de Covid-19 et des conséquences de la récente invasion de l'Ukraine par la Russie, le secrétaire général des Nations unies a estimé nécessaire « un assouplissement immédiat pour les pays en développement dont la dette arrive à échéance ». Selon lui, cela doit passer par une réforme du système financier, pour pouvoir garantir un « accès au financement » à des pays en développement ainsi que par une renégociation de ces dettes souveraines.