Le bonus écologique maintenu à 6.000 euros après le 1er juillet

ECOLOGIE Au cours du quinquennat, quelque 430.000 bonus écologiques ont été distribués, selon le ministère de la Transition écologique

20 Minutes avec AFP
— 
Les ventes de voitures électriques ont plus que doublé l'an dernier en France et celles de modèles hybrides ont progressé, selon une étude publiée lundi, mais elles restent anecdotiques au regard des immatriculations totales..
Les ventes de voitures électriques ont plus que doublé l'an dernier en France et celles de modèles hybrides ont progressé, selon une étude publiée lundi, mais elles restent anecdotiques au regard des immatriculations totales.. — Eric Piermont afp.com

Le bonus écologique versé à l’achat d’une voiture électrique ou hybride sera maintenu à 6.000 euros maximum au-delà du 1er juillet, affirme le quotidien Les Echos ce mardi, soulignant qu’un décret sur le sujet est en préparation.

Cette prime destinée à encourager les ventes de véhicules neufs peu émetteurs de gaz à effet de serre, qui réchauffent l’atmosphère, avait grimpé jusqu’à 7.000 euros au lendemain du premier confinement en mars 2020, avant d’être fixée à 6.000 euros.

Une aide qui aurait du baisser

L’aide « devait baisser de 1.000 euros, à 5.000 euros, le 1er juillet. Finalement, il n’en sera rien », indique le journal citant « le gouvernement » comme source. A Bercy, mardi soir, on confirme bien qu’un décret sur le sujet est en préparation, sans confirmer ni infirmer l’information et le montant lui-même.

Néanmoins le 14 mars, durant la campagne présidentielle, Bruno Le Maire lui-même, avait indiqué qu’il souhaitait maintenir le niveau de cette aide à 6.000 euros, lors d’une journée organisée par la profession automobile avec les candidats à la présidentielle salle Gaveau à Paris.

Mettre fin aux énergies fossiles

Le bonus écologique est « limité dans le temps », avait rappelé le ministre de l’Economie. « Est-ce qu’il faut le maintenir plus longtemps ? Ma conviction est que oui », avait-il dit devant un parterre d’industriels de l’automobile.

« La seule solution dans le long terme est de se désengager de la dépendance aux énergies fossiles. Cela paraîtrait surprenant, au moment où on va demander aux Français d’aller vers davantage de véhicules peu émetteurs, voire pas émetteurs du tout, de leur dire "on va retirer la prime qui vous permet d’acheter des véhicules électriques" », avait-il alors déclaré.

Une hausse du marché de l’hybride

L’an passé, la part de marché des véhicules hybrides est montée à 25,8 % (+11 points) en France et celle des véhicules électriques à 9,8 % (+3,1 points), alors que les véhicules diesel ont vu leur part baisser de 9,5 points par rapport à l’année précédente, à 21,1 %.

L’an passé, la part de marché des véhicules hybrides est montée à 25,8 % (+11 points) en France et celle des véhicules électriques à 9,8 % (+3,1 points), alors que les véhicules diesel ont vu leur part baisser de 9,5 points par rapport à l’année précédente, à 21,1 %.