Questions d’enfants : « Pourquoi l’essence des voitures et des avions pollue ? », se demande Pauline (8 ans)

ÉNERGIES FOSSILES Découvrez, chaque jour, une analyse de notre partenaire The Conversation. Ce mardi, un chercheur explique une source de dégradation environnementale à une enfant

20 Minutes avec The Conversation
— 
Avions et voitures rejettent des polluants
Avions et voitures rejettent des polluants — Michael Bretherton / Shutterstock (via The Conversation)
  • Tous les moteurs à essence (ou au kérosène) rejettent du gaz carbonique qui pollue l’atmosphère, selon notre partenaire The Conversation.
  • Cette pollution de l’air dérègle le climat avec plus de chaleur, plus de sécheresses et d’inondations, et provoque plus de maladies.
  • Cette analyse a été menée par Raymond Woessner, professeur honoraire de géographie à Sorbonne Université.

On obtient de l’essence en séparant les composants du pétrole dans des usines spécialisées appelées des raffineries. L’essence mélangée à de l’air est un produit inflammable et explosif qui permet de faire fonctionner un moteur de voiture ou d’avion. L’explosion est contrôlée et elle permet de mettre des pièces du moteur en mouvement pour faire bouger les roues des voitures. Pour les avions, on utilise une essence spéciale appelée le kérosène qui ne gèle pas même quand il fait très froid en haute altitude.

Même si l’essence est dangereuse, on tombe rarement en panne et tout fonctionne en général très bien. Mais il y a un problème : la pollution de l’air. Quand on brûle de l’essence ou du kérosène, le moteur rejette du gaz carbonique (le CO₂ dont tu entends souvent parler) et des produits qui n’ont pas bien brûlé. Et là, ça se complique, parce que la pollution de l’air dérègle le climat avec plus de chaleur, plus de sécheresses et d’inondations, et provoque plus de maladies…

On sait ce qui entre dans un moteur : de l’air et de l’essence. On sait ce qui s’y passe : la combustion permet de faire avancer la voiture ou l’avion en actionnant le moteur. Mais qu’est-ce qui sort du pot d’échappement ou du réacteur ?

​Premier problème : le gaz carbonique (CO₂)

L’oxygène de l’air (O) permet la combustion. Il se transforme alors en gaz carbonique qui associe 1 atome de carbone et 2 atomes d’oxygène (CO₂). Or, le CO₂ est un gaz à effet de serre. Il retient la chaleur dans l’atmosphère. Plus il y en a et plus il va faire chaud sur la Terre. Et justement, sa quantité augmente à toute vitesse. On n’en a jamais trouvé autant dans l’atmosphère !

Les changements de température à la surface de la Terre depuis 2000 ans
Les changements de température à la surface de la Terre depuis 2000 ans - R. Woessner ? modifié à partir du rapport 2021 du GIEC (via The Conversation)

​Deuxième problème : les particules qui n’ont pas brûlé

Après, il y aussi les émissions d’autres molécules qu’il vaut mieux éviter de respirer. Les plus fines d’entre elles ont moins de 10 microns ; on parle alors de particules ultra-fines (PUF). 1 micron, c’est un mille fois plus petit qu’un millimètre ! Les PUF peuvent se loger au fond des poumons sans en ressortir. En plus, les molécules peuvent s’associer entre elles, par exemple avec des pollens ou des poussières contenus dans l’air que l’on respire. Tout ceci peut provoquer de nombreuses maladies… On a intérêt à habiter loin des aéroports et des routes à grande circulation.

​Comment supprimer la pollution par l’essence ?

La meilleure solution serait de supprimer l’essence… « J’imagine des travailleurs qui bouchent des centaines de milliers de puits de pétrole et de gaz abandonnés qui ont besoin d’être nettoyés », a dit Joe Biden, le président des États-Unis d’Amérique. Oui, mais quand le fera-t-on ? La plupart des fabricants de voitures annoncent qu’ils passeront au tout électrique entre 2030 et 2050. Airbus annonce son premier avion électrique à hydrogène en 2035.

La forêt amazonienne vue du ciel
La forêt amazonienne vue du ciel - Neil Palmer - CIAT / Flickr CC BY-SA 2.0

On peut aussi bricoler en se disant que si on a plus de forêts, alors les arbres vont attraper le CO₂ pour garder le carbone pour grandir et rejeter de l’oxygène. Magique ! Mais hélas, partout dans le monde on enlève des forêts. Aujourd’hui, même l’Amazonie émet plus de CO₂ qu’elle n’en absorbe parce qu’on remplace la forêt par des champs après l’avoir fait brûler.

Il y a une autre idée avec les biocarburants : on fait pousser des plantes qui sont transformées en carburant. Quand on le brûle, on rejette toujours de la pollution mais les plantes suivantes attrapent le carbone dans l’air. Et donc il y a un cycle carburant/pollution/captage de la pollution/carburant et ainsi de suite. On limite alors les dégâts. Mais problème : où trouver assez de champs alors qu’on en a besoin pour les humains et les animaux d’élevage ?

Fatalement, un jour il n’y aura plus de pétrole ni de gaz parce que ce sont des réserves naturelles que l’on va finir par épuiser. On en a fait, des guerres pour le pétrole et le gaz, et on continue à en faire. Alors, autant commencer tout de suite avec d’autres solutions, même si c’est compliqué et que ça va coûter cher !

Cette analyse a été rédigée par Raymond Woessner, professeur honoraire de géographie à Sorbonne Université.
L’article original a été publié sur le site de The Conversation.