Energies renouvelables : Comment ça marche ?

TRANSITION ENERGETIQUE Les énergies renouvelables, le vent, l’eau, le soleil, la terre ou encore les déchets, sont une source d’énergie inépuisable à l’échelle humaine. Mais comment fonctionnent-elles ?

Mathilde Dubois
— 
Parc solaire de Labarde à Bordeaux, une des plus grandes centrales solaires urbaines d?Europe.
Parc solaire de Labarde à Bordeaux, une des plus grandes centrales solaires urbaines d?Europe. — UGO AMEZ/SIPA

Source d'espoir. Les énergies renouvelables sont dites « inépuisables », du moins à l’échelle du temps humain. Elles exploitent les éléments de la nature tels que l’eau, le vent, le soleil, la terre mais également les déchets agricoles ou d’élevage. Actuellement dans le monde, 23 % de l’énergie provient de sources renouvelables. Pourtant, elles seraient l’avenir de la production d’électricité, de chaleur ou encore de carburant. Mais comment marchent exactement l’hydraulique, éolien, solaire, géothermie ou la biomasse ?

Exploiter les forces de la nature

Que l’on parle d’éolienne, d’hydrolienne ou de géothermie, le principe est le même. Le vent ou l’eau – sur terre ou même sous terre dans des nappes dites « aquifères » - sont récupérés puis transformés en énergie, grâce à l’énergie cinétique – liée au mouvement – produite par des turbines. Et comme pour le vent, la pression de l’eau est essentielle dans le processus de production d’énergie. Plus la force de l’élément est importante, plus le mouvement sera rapide et productif.

En ce qui concerne l’énergie solaire, il existe deux types de panneaux transformant le soleil en énergie : photovoltaïques et thermiques. Les premiers transforment directement l’énergie solaire en électricité renvoyée sur le réseau. Quant au second, ils se chauffent pour ensuite alimenter les chauffe-eau et chauffages de particuliers notamment.

Enfin, la biomasse ou énergie tirée de matières végétales, animales, bactériennes ou fongiques (champignons) est la plus méconnue des énergies renouvelables. Pourtant, elle est bien présente dans notre quotidien. Cette énergie peut être obtenue par combustion ou fermentation et produit de la bioénergie, du biogaz ou du biocarburant. De fait, les biocarburants notamment, « sont consommés pratiquement sans que chacun le sache, parce que c’est une proportion de notre essence, de notre diesel. », Explique Jean-Louis Bal, président du Syndicat des Energies Renouvelables.

Quel avenir pour les énergies renouvelables ?

Objectif 2050 : la neutralité carbone. Pour Jean-Louis Bal, les énergies renouvelables ont « largement le potentiel pour remplacer les énergies fossiles. Mais ce n’est pas quelque chose qui se fait du jour au lendemain. » Pour l’instant, elles servent principalement à diminuer notre impact environnemental puisque en France notamment, environ 60 % de l’énergie utilisée est d’origine fossile selon le dernier rapport du Réseau de Transport de l’Electricité du 16 février 2020. Il s’agit principalement des produits pétroliers (40 %), du gaz naturel (20 %) et du charbon (moins de 1 %).