Météo : Non, les chaînes de télévision n’ont pas coloré leurs cartes en rouge pour faire croire à un réchauffement

FAKE OFF Un montage partagé sur les réseaux sociaux prétend que les températures, aujourd’hui qualifiées d’extrêmes, étaient autrefois normales

Maïwenn Furic
La canicule couvre la France toute la semaine, avec des températures allant jusqu'à 40 degrés.
La canicule couvre la France toute la semaine, avec des températures allant jusqu'à 40 degrés. — SYSPEO/SIPA

Cette semaine sera caniculaire, et nul ne peut ignorer les fortes températures sur tout le pays. Mais là encore, certains sceptiques trouvent à redire. La chaleur ne serait pas particulièrement plus importante qu’avant, selon eux, ce serait seulement une modification des couleurs des cartes de météo​. Il y a quelques années, dess températures comme celles de cette semaine auraient été indiquées en jaune, elles seraient aujourd’hui en rouge.


Certains crient à une nouvelle manipulation par les médias et les institutions. L’occasion pour les climatosceptiques d’obtenir un nouvel argument pour nier l'existence du réchauffement climatique. « C’est une vaste supercherie », écrivent certains. Qu’en est-il vraiment de cette publication partagée plusieurs milliers de fois sur Twitter ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Les deux photographies partagées sur les réseaux sociaux représentent des cartes météo en Suède. A gauche, le post affirme qu’elle date de 1986, avec un fond vert et approximativement les mêmes températures que la carte de droite, celle-ci datée de 2022, avec un fond orange. Il s’agit en réalité de montages.

Par une recherche d’images, on découvre que la carte de gauche, supposée de 1986, affiche en réalité la météo du jeudi 21 juillet 2016. Des températures jugées de « plein été » pour le pays, par le site de la chaîne publique de Suède. La seconde carte n’est pas non plus de 2022, comme indiqué, mais du 13 août 2021. Et l’image partagée sur les réseaux sociaux qui représente les températures maximales est visible à 1min09 de la vidéo. Il s’agit des prévisions de la météorologue Madeleine Westin sur TV4, une autre chaîne de télévision.

Il s’agit donc de cartes de chaînes de télévision différentes, qui n’utilisent donc pas nécessairement les mêmes codes couleurs et qui ne traitent pas de la même chose. La première indique le temps qu’il fera, la seconde les températures maximales possibles, ce qui explique cette différence.

Hormis ces histoires de couleurs sur les cartes, de nombreux rapports, dont le dernier du Giec, indiquent que les températures ont augmenté dans le monde. Les données disponibles sur le site du gouvernement français indiquent que les cinq dernières années sont les plus chaudes observées depuis 1850. « L’année 2016, avec une température supérieure de 0,86 °C à la moyenne 1961-1990, se classe au premier rang des années les plus chaudes depuis 1850, l’année 2019 se classant en deuxième position », indique le site.

Le GIEC constate que la hausse de la température globale s’est encore accentuée, à un rythme qui fera très probablement dépasser le seuil de 1,5 °C de réchauffement depuis l’ère préindustrielle entre 2021 et 2040.