Nice comme « exemple » de ville où il fait « bon vivre avec son chien » pour les autres communes de France

PALMARES Le magazine « 30 Millions d’amis » a attribué à Nice la première place des villes de plus de 100.000 habitants où il fait bon vivre avec son chien

Elise Martin
— 
Un chien sur la plage en face de l'hôpital Lenval, inaugurée comme plage pour chiens l'année dernière à Nice
Un chien sur la plage en face de l'hôpital Lenval, inaugurée comme plage pour chiens l'année dernière à Nice — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Nice vient de recevoir le titre de la meilleure ville de France où il fait bon vivre avec son chien.
  • C’est la deuxième fois en deux ans que la ville reçoit ce prix.
  • En un an, beaucoup d’initiatives ont été mises en place et d’autres sont encore à venir concernant le bien-être animal, notamment celui des chiens.

Pour la deuxième année consécutive, la ville de Nice arrive en tête du palmarès du magazine 30 Millions d’amis qui établit depuis six ans le classement des villes de plus de 100.000 habitants où « il fait bon vivre avec son chien ». Une nouvelle fois, Henry-Jean Servat est fier. Le conseiller municipal délégué à la protection animale confiait l’an passé qu’il souhaitait garder cette place.

En un an, les choses ont évolué concernant la place des chiens à Nice : les agents de la ville peuvent désormais venir travailler au bureau avec leur chien, le tramway accueille tous les chiens sans distinction de gabarit, une deuxième plage pour chiens est ouverte et des croquettes sont distribuées aux personnes sans-abri propriétaires de chiens. Dans les projets annoncés et à venir, la brigade spécialisée dans la maltraitance animale « dont les formations sont en train de se faire » devrait être lancée « l’année prochaine ».

« Une troisième plage et des espaces pour faire courir son chien en centre-ville »

« On regarde les actions concrètes, qui sont déjà mises en place, détaille Katia Renard, rédactrice en cheffe du magazine, présente à Nice pour remettre le prix. En tout, une trentaine de critères ont été évalués dans cinq thématiques différentes (accessibilité, propreté, sensibilisation, engagement et les chats libres). La nomination d’un élu fait aussi partie des éléments qu’on observe. On a pu voir que le travail de Henry-Jean Servat et son équipe ont fait lever les derniers obstacles car Nice a toujours tutoyé le podium ».

Henry-Jean Servait avec le prix remis par Katia Renard (à droite), rédactrice en chef du magazine 30 Millions d'amis
Henry-Jean Servait avec le prix remis par Katia Renard (à droite), rédactrice en chef du magazine 30 Millions d'amis - E. Martin / ANP / 20 Minutes

Même en haut du classement, la ville n’a pas obtenu un « 20/20 », le magazine lui a attribué la note de 18,5/20. Katia Renard reprend : « Il existe toujours une marge de manœuvre. Et puis, on peut toujours espérer mieux pour son animal. »

Le conseiller municipal et son équipe ont encore beaucoup de projets en tête pour remporter à nouveau ce titre lors de la prochaine édition. « On aimerait une troisième plage mais aussi permettre aux détenteurs d’animaux de les faire courir dans des grands espaces verts, même dans le centre-ville, une fois que ces parcs sont fermés par exemple. »

Un classement pour un partage d’idées

Dans la salle de la mairie fusent alors des idées de « crèche canine » pour « déposer son chien lors de visites de monuments » et de « comportementalistes félins ». Des initiatives parfois déjà testées dans d’autres communes.

« Le but de ce classement n’est pas de pointer les villes qui ne font pas d’efforts. Au contraire, c’est permettre à celles en recherches de leur partager ce qui existe, de leur montrer l’exemple, pour qu’à leur tour, elles puissent mettre en place de telles initiatives, précise la rédactrice en chef du magazine. Après, il faut aussi responsabiliser les propriétaires. Les villes pourront faire tout ce qu’elles veulent, les efforts doivent également venir de leur part. »

Pour elle, le chien est le « cheval de Troyes du reste des vivants ». Ces actions pourront alors s’élargir aux chats, un élément qui fait déjà partie des critères du palmarès. « Dès qu’on est sensible à un animal, on l’est pour le reste des animaux mais aussi à la végétation. C’est tout un mouvement de sensibilisation », conclut la rédactrice en chef.