Qatar : Doha choisit TotalEnergies pour développer le plus grand champ de gaz naturel au monde

ENERGIE FOSSILE Exxon Mobil, Shell et ConocoPhilips sont également sur les rangs pour participer au projet

20 Minutes avec AFP
Doha, capitale du Qatar
Doha, capitale du Qatar — Caro/Schuelke/Sipa

Un réservoir gigantesque. Le Qatar a annoncé dimanche avoir choisi le géant français des hydrocarbures TotalEnergies​ comme premier partenaire étranger pour développer le plus grand champ de gaz naturel du monde. Cette nouvelle intervient alors que tous les dirigeants font la cour à l’émirat du Golfe pour trouver une alternative au gaz russe.

« Je suis heureux d’annoncer la sélection de TotalEnergies comme premier partenaire dans le projet North Field East », a déclaré le ministre qatari de l’Energie, Saad Sherida Al-Kaabi, lors d’une conférence de presse à Doha.

10 % des réserves de gaz connues

Le groupe français prendra une part de 6,25 % dans le projet dans le cadre d’une joint venture avec QatarEnergy (QE), géant qatari des hydrocarbures, a précisé le PDG de TotalEnergies Patrick Pouyanne dans la capitale qatarie. Ce dossier fait partie du projet d’expansion du champ offshore North Field, le plus grand gisement de gaz naturel au monde que le Qatar partage avec l’Iran.

Le North Field représente environ 10 % des réserves de gaz naturel connues dans le monde, selon QE. Ces réserves s’étendent sous la mer jusqu’au territoire iranien, où les efforts de la République islamique pour exploiter le champ de South Pars sont entravés par les sanctions internationales. Selon le ministre Al-Kaabi, d’autres accords seront annoncés « dans un avenir proche ».

Exxon Mobil, Shell et ConocoPhilips sont sur les rangs pour participer à l’expansion du projet que le Qatar voulait au départ financer seul. La participation des géants pétroliers et gaziers étrangers devrait s’établir à environ 25 % dans le projet, qui devrait coûter plus de 28 milliards de dollars et accroître la production de plus de 60 % d’ici 2027, selon QE.