Pyrénées : La chasse au Grand Tétras est suspendue pour cinq ans (et c'est pas n'importe qui qui le dit)

BIODIVERSITE Après des années de bataille juridique des associations de défense de l’environnement contre les arrêtés préfectoraux autorisant la chasse au coq de Bruyère dans les Pyrénées, le Conseil d’Etat vient d’imposer un moratoire de cinq ans

B.C. avec AFP
Le Grand Tétras appelé aussi Coq de bruyère.
Le Grand Tétras appelé aussi Coq de bruyère. — AUSLOOS HENRI/ SIPA

En quinze ans, les associations de défense de l’environnement ont réussi des dizaines de fois réussi à faire annuler des arrêtés préfectoraux dans les Pyrénées qui autorisaient la chasse au Grand Tétras. Mais, d’année en année, la décision était à nouveau prise de laisser les chasseurs prélever ces Grands coqs de Bruyère.

Une mesure qu’il ne sera plus possible de prendre au cours des cinq prochaines années. Le Conseil d’Etat vient en effet d’imposer la suspension de la chasse du plus gros oiseau terrestre sauvage d’Europe dans une décision rendue mercredi.

« Il est enjoint au ministre chargé de la chasse de prendre avant le 15 juillet 2022 un arrêté suspendant la chasse au Grand Tétras sur l’ensemble du territoire métropolitain de la France pour une durée de cinq ans », explique la plus haute juridiction administrative de France.

Espèce vulnérable

Il avait été saisi par plusieurs associations de défense de l’environnement qui réclamaient un moratoire concernant sa chasse. « Nos associations sont satisfaites de cette décision et appellent en outre le ministère de l’Ecologie à prendre rapidement des mesures fortes pour stopper le déclin du Grand Tétras », a réagi l’association France Nature Environnement (FNE).

Avec d’autres, elle avait souligné dans sa demande un « déclin de l’espèce », qualifiée de « vulnérable sur la liste rouge française des espèces menacées », ainsi que « l’inaction des pouvoirs publics ».