Algues vertes : Des capteurs bientôt installés dans huit baies bretonnes pour mesurer la qualité de l’air

ENVIRONNEMENT Les mesures doivent permettre de déterminer les niveaux de concentration en hydrogène sulfuré dans les huit baies touchées par les algues vertes

Jérôme Gicquel
— 
Un tracteur ramasse les algues vertes sur la plage de la Grandville, à Hillion, ici en juin 2021.
Un tracteur ramasse les algues vertes sur la plage de la Grandville, à Hillion, ici en juin 2021. — C. Allain / 20 Minutes
  • Des capteurs vont être installés pour mesurer le taux d’hydrogène sulfuré dans les baies bretonnes envahies par les algues vertes.
  • Le dispositif est déjà testé depuis un an dans la baie de Saint-Brieuc.
  • Collectées par l’association Air Breizh, les données devraient être communiquées chaque semaine au grand public.

Le dispositif est déjà testé depuis un an dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) où les algues vertes prolifèrent. Dans les prochaines semaines, des capteurs d’hydrogène sulfuré (H2S) vont être installés dans les sept autres baies bretonnes touchées par le phénomène, selon Le Télégramme. Ces capteurs permettront de mesurer la qualité de l’air et de déterminer les niveaux de concentration en H2S, le gaz toxique libéré par les algues vertes en décomposition.

C’est l’association Air Breizh qui sera chargée de réaliser les mesures et de collecter les données qui seront communiquées chaque semaine au grand public. Les élus des communes concernées devraient de fait « disposer d’un système d’alerte qui leur permettra d’être prévenus lorsque le seuil maximal acceptable est presque atteint », précise le quotidien.

« Le combat a porté ses fruits », selon Halte aux marées vertes

Dans un communiqué, l’association Halte aux marées vertes se réjouit de cette décision, prenant tout de même soin de « préciser quelle est l’origine de cette initiative ». « Il ne s’agit pas là d’une soudaine volonté spontanée de la préfecture ou de Saint-Brieuc Armor Agglomération de pratiquer une transparence que nous avons tant réclamée, indique-t-elle. Les mesures annoncées ne sont que la déclinaison des recommandations/injonctions posées par le Haut conseil en santé publique (HCSP) dans son rapport daté du 21 décembre 2021 ».

« Soulagée » de constater que son combat « a porté ses fruits », l’association juge toutefois « indéfendable » le fait que « les mesures ne soient pas accessibles au public en temps réel, comme le préconise le HCSP, alors même qu’Air Breizh publie quotidiennement une information sur les autres polluants qu’elle mesure ».

Lors de la campagne menée l’an dernier, le seuil sanitaire de 150 microgrammes par mètre cube défini par l’Organisation mondiale pour la santé en ce qui concerne l’hydrogène sulfuré avait été dépassé deux fois les 29 et 30 juin sur la place de l’Hôtellerie à Hillion avec respectivement 201 et 153 microgrammes par mètre cube. « Sur ce même site, du 4 mai au 15 juillet, la moyenne des relevés sur cette période est de 20,4 microgrammes par mètre cube. Et aucun dépassement n’a été relevé depuis », indiquait alors l’Agence régionale de santé.