Lyon : La ville lance son premier quartier Zéro Déchet à Valmy

EXPERIMENTATION La ville de Lyon lancé, à son tour, son premier quartier zéro déchet dans le 9 arrondissement. L’expérience sera menée pendant trois ans

Caroline Girardon
— 
La ville de Lyon lance son premier quartier zéro déchet.
La ville de Lyon lance son premier quartier zéro déchet. — C. Girardon / 20 Minutes
  • S'inspirant du modèle parisien, la ville de Lyon lance son premier quartier zéro déchet dans le quartier de Valmy (9e).
  • L'expérience, qui sera menée durant trois ans, consiste à faire attention à son mode de consommation pour réduire les déchets.
  • L'initiative mobilisera les habitants, les commerçants, les entreprises, les associations ou encore structures du quartier.

L’idée a germé rue de Paradis à Paris. Depuis, elle a fait des émules. Lyon lance à son tour son premier quartier « zéro  déchet », dans le secteur de Valmy (9e). Ne vous attendez pas à voir disparaître les mégots des trottoirs du jour au lendemain, ou ne plus être encombré par des cartons négligemment jetés dans la rue, « mais c’est tendre à cela et enclencher une transition », répond d’emblée Sarah Desmurs, l’une des porteuses du projet.

Deux associations, Mouvement de Palier et Zéro Déchet Lyon, vont piloter cette expérimentation durant trois ans. Leur rôle : fédérer les commerçants, habitants, structures ou associations qui sont déjà dans cette démarche. Dernièrement, les écoles Audrey Hepburn et Chapeau rouge ont été embarquées dans le projet, tout comme le théâtre nouvelle génération. Avec le même objectif : éviter au maximum l’incinération ou la mise en décharge des emballages.

Lutter contre le gaspillage sous toutes ses formes

« Le prix des emballages devient plus cher, donc cela représente une économie de limiter les déchets », appuie Camille Augey, adjointe en charge du commerce et de l’artisanat. Les idées pour les inciter à réduire les détritus en tout genre sont multiples. « Cela peut-être, par exemple, de mettre en lien les commerçants qui regorgent de cartons de livraison avec les habitants, qui en cherchent pour déménager », développe Claire Dulière de l’association Lyon Zéro Déchet. Mais aussi récupérer les cheveux des salons de coiffure pour fabriquer des boudins permettant de dépolluer les mers ou océans, déployer les consignes dans la restauration, mettre en place des cartes de réductions pour les clients qui amènent leur contenant dans les épiceries, réemployer ces mêmes emballages ou encore démocratiser des journées de réparation afin d’éviter de jeter les appareils ménagers.

« Le but c’est également de toucher un maximum de personne, pas seulement celles qui sont déjà impliquées. C’est associer les habitants et les sensibiliser sur le sujet afin qu’ils essaient de jouer le jeu », complète Sarah Desmurs soucieuse de « créer une dynamique ». « Le défi Famille zéro déchet, qui avait été lancé en 2015 à Roubaix, avait montré qu’elle pouvait réduire jusqu’à 47 % de leurs déchets et économiser entre 1.000 euros et 3.000 euros par foyer à l’année », argumente-t-elle en guise de conclusion. Bilan dans trois ans.