Toulouse : Avec le « regrowing », votre futur potager se trouve peut-être dans la poubelle

SILENCE ÇA REPOUSSE Une Toulousaine met à l’honneur le « regrowing » dans un livre qui vient de paraître, ou comment faire repartir ses fruits et légumes à partir… de déchets

Marie-Dominique Lacour
— 
Surtout ne jetez pas vos patates germées, elles ont déjà fait la moitié du chemin.
Surtout ne jetez pas vos patates germées, elles ont déjà fait la moitié du chemin. — Aurélie Murtin
  • Le regrowing ou « repousse » en français est une technique qui consiste à récupérer ses restes et épluchures de fruits et légumes, à les faire germer et à les replanter, pour les consommer de nouveau ou végétaliser son habitat.
  • Aurélie Murtin, Toulousaine passionnée de jardinage et de cuisine, détaille pour chaque végétal la méthode à suivre dans son livre Cultivez vos déchets, qui vient de sortir en librairie.
  • Le procédé est économe, écolo et ne demande aucune compétence en jardinage. Pas besoin de potager, jardin ni même balcon pour s’y essayer : un rebord de fenêtre peut suffire, certaines plantes et herbes poussent même en intérieur.

Et si, au lieu de jeter, à la poubelle ou au compost, vos fanes de carottes, vous les faisiez repousser ? Bienvenue dans le monde du regrowing (la repousse, en français). Ce procédé pour réutiliser les déchets, démarrer son potager ou obtenir de jolies plantes vertes toute l’année, est « accessible à tous », assure Aurélie Murtin, autrice de Cultivez vos déchets*. Cette Toulousaine, passionnée de jardinage, veut démocratiser la méthode qui consiste à replanter les restes et épluchures de ses fruits et légumes pour les faire renaître. Dans son livre, sous forme de fiches-méthodes qui se veulent « les plus faciles et les plus pratiques possibles », jardiniers en herbe comme confirmés pourront piocher des astuces.

Entre autres ingéniosités de bon sens, les débutants apprendront à faire repartir leurs fanes de carottes mais aussi leurs feuilles de cèleri-branche avec un simple fond d’eau dans une assiette. Quant à la « technique de la lasagne » – une couche de légumes germés, une couche de matière organique – elle ravira les étourdis qui auraient oublié au fond de leur cabas un vieux sac de pommes de terre.

Des carottes mises à la repousse.
Des carottes mises à la repousse. - Aurélie Murtin

D’autres procédés sont à découvrir tels que la récupération des graines ou le bouturage pour multiplier ses herbes aromatiques. Et les fruits ? Pour prolonger le temps des cerises, leurs noyaux se récupèrent, tout comme ceux des pêches, abricots et fruits exotiques : « le manguier par exemple. Ses feuilles sont d’un vert très lumineux ; et quand elles se relèvent après quelques semaines, c’est aussi surprenant que gratifiant », se réjouit la cultivatrice.

De la jungle du balcon aux forêts comestibles

Tombée toute petite dans le terreau du jardinage, elle a continué dans sa vie d’étudiante, en transformant son petit balcon en forêt sauvage. « Mes amis l’appelaient la jungle, s’amuse-t-elle. Je veux passer le message que même en appartement, tout est possible : on peut expérimenter, s’amuser et aller jusqu’à s’émerveiller avec un simple rebord de fenêtre ! ».

Dans le nord-ouest de Toulouse où la trentenaire prend soin de son potager depuis maintenant dix ans, celle qui est aussi professeur de yoga tient à transmettre sa philosophie. « J’espère déjà donner l’envie d’essayer le jardinage, surtout à ceux qui n’osent pas, mais j’aimerais aussi que le livre amène à s’interroger sur la manière dont on produit, dont on consomme… qu’il génère des prises de conscience en faveur de la biodiversité, de la permaculture et du zéro déchet. Et pour aller plus loin, pourquoi ne pas envisager d’offrir ses plants d’arbres fruitiers « regrowés » ? Dans un jardin partagé ou une école, on pourrait développer des forêts comestibles », conclut-elle en souriant.

* Cultivez vos déchets d’Aurélie Murtin, disponible en librairie indépendante et enseignes culturelles ou sur son site. Prix : 22 euros