Qualité de l’air : En 2019, la pollution a causé la mort prématurée de neuf millions de personnes

NOUVELLE ALERTE Selon la Commission sur la pollution et la santé de la revue « Lancet », environ une mort prématurée sur six dans le monde est liée à la pollution

20 Minutes avec AFP
— 
Des fumées rejetées par des usines à charbon en Chine en 2019 (illustration).
Des fumées rejetées par des usines à charbon en Chine en 2019 (illustration). — Sam McNeil/AP/SIPA

La mauvaise qualité de l’air et les polluants chimiques comme le plomb continuent d’avoir un impact très négatif sur la durée de vie. La pollution était en effet responsable de la mort prématurée de neuf millions de personnes en 2019, selon une étude publiée mercredi dans la revue Lancet.

Surtout, quatre ans après un premier rapport, la situation n’a pas évolué. Environ une mort prématurée sur six dans le monde est liée à la pollution, déplore la Commission sur la pollution et la santé du Lancet. La pollution et les déchets créés par les humains rejetés dans l’air, l’eau et le sol tuent rarement directement, mais sont à l’origine de graves maladies du cœur, de cancers, de problèmes respiratoires ou de diarrhées aiguës.

Les pays à faible et moyen revenus particulièrement touchés

« Les effets sur la santé restent énormes, et les pays à faible et moyen revenus en subissent le poids », résume l’auteur principal et codirecteur de la commission Richard Fuller. Ils concentrent en effet 92 % de ces décès et la majeure partie des pertes économiques qui en découlent. « L’attention et le financement n’ont que très peu augmenté depuis 2015, malgré une augmentation bien documentée des préoccupations du public en matière de pollution et de ses effets sur la santé », se lamente-t-il.

Si les décès prématurés liés aux types de pollutions associées à l’extrême pauvreté sont en repli, ceux liés à la pollution de l’air et à la pollution par produits chimiques augmentent. « L’effet de la pollution sur la santé reste bien plus important que celui de la guerre, du terrorisme, de la malaria, du VIH, de la tuberculose, des drogues et de l’alcool, et le nombre de morts causées par la pollution rivalise avec celles causées par le tabac », souligne l’étude.

En 2019, 6,7 millions des morts prématurées sont attribuables à la pollution de l’air, 1,4 million à la pollution de l’eau, 900.000 au saturnisme. Une exposition au plomb peut, par ailleurs, générer des retards dans le développement cognitif des enfants.

Des formes « modernes » de pollution

En outre, si la mortalité liée à la pollution au sein du foyer (liée à la combustion de carburants ou à des problèmes d’eau ou d’hygiène) a reculé, particulièrement en Afrique, les formes « modernes » de pollution pèsent largement plus qu’il y a vingt ans. En 2000, les décès prématurés liés à la pollution de l’air ambiant s’élevaient à 2,9 millions, et 4,5 millions en 2019.

Particules fines et ozone dans l’air, exposition au plomb, à des carcinogènes dans le cadre de son travail, pollutions chimiques dans l’environnement, gagnent du terrain, surtout en Asie. Et Richard Fuller d’avertir : « si nous ne parvenons pas à nous développer d’une manière propre et écologique, alors ce que nous faisons est terriblement mauvais ».