20 Minutes : Actualités et infos en direct
NATURELa présence d’un loup confirmée en Bretagne, une première depuis un siècle

Bretagne : La présence d’un loup confirmée, une première depuis un siècle

NATUREL’animal a été filmé mardi sur la commune de Berrien dans les monts d’Arrée (Finistère)
Ce loup a été observé à Berrion, dans les Monts d'Arrée début mai. Une première en Bretagne depuis plus de cent ans.
Ce loup a été observé à Berrion, dans les Monts d'Arrée début mai. Une première en Bretagne depuis plus de cent ans.  - Groupe mammalogique breton / Groupe mammalogique breton
Jérôme Gicquel

Jérôme Gicquel

L'essentiel

  • Un loup a été filmé mercredi sur la commune de Berrien dans les monts d’Arrée (Finistère).
  • Il s’agit là d’une première depuis un siècle en Bretagne, le dernier individu ayant été tué en 1913.
  • Cela fait plusieurs années déjà que le retour du loup en Bretagne agite les discussions.

On savait que le loup se trouvait aux portes de la Bretagne car des individus avaient été recensés dans des départements proches comme la Loire-Atlantique, le Calvados ou la Vendée. Sa présence est désormais confirmée dans la région. Mercredi, un grand canidé a ainsi été filmé par un appareil automatique sur la commune de Berrien dans les monts d’Arrée, indique ce jeudi la préfecture du Finistère dans un communiqué.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Il s’agit là d’une « première depuis plus d’un siècle », précisent les autorités. A la fin du XIXe siècle, le loup a disparu de la région, éradiqué par les chasseurs et la population. Le dernier individu signalé aurait été tué en 1913 à Tréméven dans les Côtes-d’Armor. Cent dix ans plus tard, revoilà donc le loup en Bretagne. Les autorités se montrent toutefois prudentes. « A ce stade, cette observation dans le Finistère ne permet pas d’affirmer que le loup s’installe dans le département, indiquent-elles. La capitalisation des informations dans le temps est nécessaire pour évaluer l’évolution de la situation ».

Un individu en phase de dispersion

L’observation d’un individu seul et éloigné des zones de présence confirmée caractérise en effet les loups en phase de dispersion. Cela intervient régulièrement au printemps, période pendant laquelle les loups subadultes qui ne peuvent se reproduire au sein des meutes quittent leur territoire de naissance en quête d’un partenaire sexuel.

Ils peuvent alors parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant de séjourner quelque mois dans un secteur pour ensuite le quitter. « La rapidité de déplacement et la discrétion de cette espèce d’un point à un autre fait qu’elle peut facilement passer inaperçue le long de son trajet de dispersion », souligne la préfecture du Finistère.

Le loup ne peut pas « s’installer durablement » en Bretagne

Cela fait plusieurs années déjà que le retour du loup agite les conversations en Bretagne. Début 2018, l’Observatoire du loup, une association de bénévoles regroupant des naturalistes et des géographes, annonçait ainsi un retour du canis lupus lupus dès 2020 dans les contrées bretonnes.

Une thèse alors battue en brèche par François de Beaulieu, auteur de nombreux ouvrages sur la nature en Bretagne. « Ce n’est pas sérieux. Certains individus pourraient bien sûr arriver jusqu’en Bretagne, ils en ont la possibilité biologique. Mais la Bretagne n’offre pas assez de ressources alimentaires ni de grands espaces pour que le loup puisse s’y installer durablement », confiait-il à 20 Minutes. Contactés, le renard et la belette n’ont pas encore réagi à ce retour du loup en Bretagne.

Sujets liés