Lyon : « On va planter et végétaliser partout où c’est possible », annonce Grégory Doucet

ENVIRONNEMENT Avec une moyenne de 5 m² d'espaces verts par habitant, la ville de Lyon est encore très en dessous des recommandations de l'OMS

Caroline Girardon
— 
La mairie de Lyon a prévu un budget de 141 millions d'euros pour végétaliser massivement la ville.
La mairie de Lyon a prévu un budget de 141 millions d'euros pour végétaliser massivement la ville. — C. Girardon / 20 Minutes
  • Le « plan nature » de la ville de Lyon a été présenté ce mardi matin.
  • Le maire, Grégory Doucet, a prévu un budget de 141 millions d’euros pour végétaliser les secteurs « les plus carencés » en espaces verts comme le 8e arrondissement ou la presqu’île.
  • Si l’OMS recommande d’avoir 10 m² de verdure par habitant, Lyon, avec 5 m² est encore loin du compte.

Sous les 5.000 m² de serre, des milliers de plantes et fleurs poussent paisiblement, captant les rayons de lumière qui les inondent. Des balsamines, lantanas, pétunias ou encore sauges peuplent les allées par centaines. D’ici quelques semaines, elles partiront du centre horticole de Cibeins, où elles sont cultivées, pour aller grossir les massifs ou futurs jardins de la ville de Lyon.

En début de mandat, les écologistes n’ont pas fait de mystère quant à l’une de leurs priorités : végétaliser massivement la cité. « Un enjeu majeur », selon le maire Grégory Doucet qui a présenté mardi son « plan nature ». La municipalité a prévu d’investir 141 millions d’euros, ce qui constitue le deuxième budget de la ville. « Nous sommes entrés dans une ère de réchauffement climatique. On sait l’importance d’avoir accès à un espace nature à moins de dix minutes de chez soi. C’est une question de santé et de bien-être », justifie l’élu.

Dix mètres carrés d’espaces verts par habitant recommandés par l’OMS

L’organisation mondiale de la santé recommande pour les villes d’avoir 10 m² d’espaces verts par habitant. Mais à Lyon, on est assez loin du compte avec 5 m² en moyenne. Parfois, bien moins. « Dans le 8e arrondissement, on est en dessous des 2 m² par habitant », souligne Grégory Doucet. Et de prévenir : « On plantera partout où c’est possible. » En témoignent les récents travaux réalisés dans le quartier de Gorge-de-Loup, où des dizaines d’arbres et de massifs ont été plantées le long de la rue Pierre Audry, redessinant ainsi le visage du secteur.

Cet hiver, 1.600 arbres et 25 boisements ont été enracinés dans les secteurs « les plus carencés » en verdure, 23 squares et parcs ont été « améliorés ». Sans oublier les vergers urbains. Et ce n’est qu’un début. L’objectif affiché : 100.000 arbres plantés d’ici 2030.

Un nouveau parc sur les hauteurs du 5e arrondissement

« Il y a une attente de la part des habitants. On le constate notamment à travers les souhaits qui sont formulés dans le budget participatif. Il y a beaucoup de demandes pour végétaliser telle rue ou telle place », appuie le maire, confirmant que le parvis de la maison de la danse ainsi que les deux parkings attenants à la mairie du 8e, « peu utilisés » selon lui, seront transformés en espaces verts.

Autre projet phare du mandat, la réalisation du parc des Balmes sur les hauteurs de la colline de Fourvière. « Il s’étendra de la montée de Choulans à Vaise et pourrait aller jusqu’à Tassin, dévoile Nicolas Husson, adjoint en charge de la biodiversité et de la nature en ville. Il s’agira de relier les espaces morcelés déjà existants mais aussi d’en créer de nouveaux. »