20 Minutes : Actualités et infos en direct
ELECTRICITEPrès de Nantes, le projet de conversion de la centrale EDF est relancé

Loire-Atlantique : Le projet de conversion au bois de la centrale EDF de Cordemais est relancé

ELECTRICITEPaprec et EDF ont déposé un dossier commun pour la construction d’un site de combustion de granulés à bois pour remplacer le charbon. La balle est dans le camp de l’Etat
La centrale de Cordemais (Loire-Atlantique) est l'une des dernières centrales à charbon encore en activité en France.
La centrale de Cordemais (Loire-Atlantique) est l'une des dernières centrales à charbon encore en activité en France. - LOIC VENANCE / AFP
Frédéric Brenon

Frédéric Brenon

L'essentiel

  • La centrale électrique de Cordemais est l’une des dernières en France à tourner avec des unités à charbon.
  • Le projet Ecocombust vise à remplacer progressivement ce charbon par des granulés de bois.
  • EDF souhaite le relancer aux côtés de l’industriel Paprec, selon la CGT.

Le projet avait été officiellement stoppé par EDF il y a un an, provoquant la colère des syndicats et des élus locaux. Mais, finalement, le projet Ecocombust, qui vise à convertir les unités charbon de la centrale électrique de Cordemais (Loire-Atlantique), pourrait bel et bien être relancé. C’est ce qu’indique le syndicat CGT, lequel avait beaucoup œuvré pour défendre ce procédé qui consiste à remplacer progressivement le charbon combustible par de la biomasse (granulés issus de bois d’ameublement ou de branches d’élagage).

Le groupe français Paprec, spécialisé dans le recyclage des déchets, a en effet déposé, aux côtés d’EDF, un dossier de construction d’une usine Ecocombust sur le site de Cordemais en réponse à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour des projets de production industrielle de granulés de bois lancé par le ministère de la transition écologique en février.

Des premiers travaux pour l’hiver

« La balle est dans le camp du ministère pour valider ce projet et donner les autorisations afin que les travaux de construction débutent en 2023 et que cette usine de production de black pellets soit mise en 2025 », fait savoir la CGT. Le projet, jugé nettement moins polluant que la production charbon, est soutenu par les pouvoirs publics. Il avait reçu l’avis favorable d’une commission d’enquête publique au début du mois de mars.

Selon le syndicat, EDF « engage dès à présent la conversion de la centrale Cordemais pour l’hiver prochain en faisant les travaux pour atteindre 20 % de pellets neutres en C02 dans le mix de combustible. Hiver 2022-2023 qui pourrait être une période pendant laquelle une nouvelle fois la centrale de Cordemais serait sollicitée de manière importante ».

Plus de 600 emplois dans l’attente

EDF avait, en juillet 2021, annoncé l’abandon du projet Ecocobust en raison de son « coût qui ne permettrait pas de garantir un prix attractif du produit final » et du retrait de son partenaire industriel [Suez].

Installée en bord de Loire depuis 1970, la centrale électrique de Cordemais emploie environ 350 salariés et fait travailler pratiquement autant de prestataires. Elle alimente en électricité la majeure partie du Grand-Ouest. Son activité basée sur la combustion du charbon à vocation à s’arrêter d’ici à 2026.

Sujets liés