20 Minutes : Actualités et infos en direct
EPINGLAGEPrison avec sursis pour un chasseur (frénétique) de papillons rares

Toulouse : Prison avec sursis pour un chasseur (frénétique) de papillons rares

EPINGLAGELe collectionneur et revendeur de papillons, qui écumait les Pyrénées et les Alpes, avait de nombreuses espèces protégées à son tableau de chasse
Le collectionneur capturait et revendait notamment des spécimens de papillon Apollon. Illustration.
Le collectionneur capturait et revendait notamment des spécimens de papillon Apollon. Illustration. - Tallabomba - Canva / Canva
Hélène Ménal

Hélène Ménal

Il a confondu papillonnage et braconnage, finissant par tomber dans les filets de la police de l’environnement. Un chasseur de papillons vient d’être condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal judiciaire de Toulouse. L’homme, fin connaisseur des lépidoptères, chassait essentiellement dans les Pyrénées et les Alpes. Surtout, il faisait commerce des captures qu’il épinglait.

C’est d’ailleurs en épluchant des annonces de vente circulant sur Internet que les inspecteurs de l’Office français de la biodiversité (OFB) sont remontés jusqu’à lui après « plusieurs semaines d’enquête ».

Le Muséum hérite de la collection illégale

Papillon Apollon, en régression dans nos montagnes, Damier de la Succise ou encore très rare Magicienne Dentelée… Lors de la perquisition menée à son domicile, 74 spécimens de 11 espèces de papillons protégées ont été saisis. Et comme le collectionneur tenait aussi bien à jour ses carnets de voyage (et de comptes), l’enquête a révélé qu’il avait vendu 917 spécimens d’insectes dont 115 protégés au cours des trois années écoulées. Roi de l’export, il avait des acheteurs dans onze pays différents.

Maintenant que l’affaire est jugée, le tableau de chasse va atterrir dans les rayonnages du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse.

L’OFB en profite pour rappeler que les papillons « jouent un rôle dans la pollinisation de nombreuses fleurs » et qu’ils sont « en forte régression ». Capturer et faire commerce de ceux qui sont protégés est un délit. Attraper les autres est également interdit, « car il ne s’agit pas d’une espèce chassable ».

Sujets liés