Saint-Nazaire : Ça y est, la première éolienne en mer de France est installée

ENERGIE Le parc éolien au large de Saint-Nazaire comptera, d'ici à la fin d'année, un total de 80 éoliennes posées en mer

F.B. avec AFP
— 
La première éolienne du premier parc éolien maritime de France, au large de Saint-Nazaire et de la Baule.
La première éolienne du premier parc éolien maritime de France, au large de Saint-Nazaire et de la Baule. — S.Salom-Gomis/AFP

C’est une étape symbolique extrêmement forte. La toute première éolienne en mer de France vient d’être installée au sein du parc offshore dit du banc de Guérande, au large de Saint-Nazaire, un mois avant sa mise en service. Le parc offshore de Saint-Nazaire, le premier en France à être en activité, comptera à terme 80 éoliennes, lesquelles seront progressivement posées d’ici la fin de l’année.

Le mât de cette première éolienne avait été installé jeudi sur sa fondation, posée en mer en septembre. Deux des trois pales ont été accrochées dans la foulée, mais les mauvaises conditions météo ont retardé l’installation de la dernière, qui doit être ajoutée dans la semaine.

L’équivalent de la consommation de 700.000 habitants

« C’est beaucoup d’émotion et de joie pour toute l’équipe, c’est un projet sur lequel on travaille depuis une dizaine d’années », s’est réjoui Cédric Le Bousse, directeur énergies marines renouvelables France chez EDF.

Au large du Pouliguen et du Croisic, les 80 éoliennes seront réparties entre 12 et 20 km de la côte, sur 78 km2. Chaque éolienne a une puissance de six mégawatts, « contre trois à quatre pour une éolienne terrestre », précise Cédric Le Bousse.

« Le parc, une fois installé, produira l’équivalent de la consommation (d’électricité) de 700.000 habitants, ce qui représente la moitié de la Loire-Atlantique. Soit 20 % de la consommation totale du département », a expliqué Olivier de La Laurencie, directeur de projet du parc éolien de Saint-Nazaire, lequel a été retardé de plusieurs années en raison de recours juridiques.

A 180 m de haut

En comptant la base, le mât et les pales, les éoliennes culminent à environ 180 m de hauteur. Elles sont installées quatre par quatre grâce à un immense navire/plateforme planté sur des « jambes » rétractables, qui transporte mâts et pales du port de Saint-Nazaire jusqu’au large.

Au milieu du parc, la « sous-station » électrique, reliant les éoliennes et chargée de renvoyer le courant à terre via un câble semi-enterré, est déjà en place.

D’autres parcs éoliens offshore sont en cours de construction en France. Celui de Fécamp (Seine-Maritime) doit être mis en exploitation courant 2023, avant ceux de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et de Courseulles-sur-Mer (Calvados).