Présidentielle 2022 : Oui, Castex a émis l’équivalent de six mois de CO2 d’un Français moyen pour aller voter

FAKE OFF Le Premier ministre s’est rendu dans les Pyrénées-Orientales en avion privé pour déposer son bulletin dans l'urne dimanche

Romarik Le Dourneuf
— 
Jean Castex dans son bureau de Prades, le 10 avril 2022.
Jean Castex dans son bureau de Prades, le 10 avril 2022. — RAYMOND ROIG / AFP
  • Jean Castex s’est rendu à Prades, la commune dont il était maire avant d’être nommé à Matignon, pour voter au premier tour de l’élection présidentielle dimanche. Le Premier ministre a utilisé un avion Falcon F900 de l’Etat.
  • Un aller-retour sur une demi-journée qui suscite beaucoup d’émotion sur les réseaux sociaux.
  • Des publications pointent l’impact écologique d’un tel trajet, qui équivaudrait à six mois d’émission de CO² pour un Français moyen.

L'écologie, grande oubliée du scrutin ? Le Premier ministre, Jean Castex, s’est rendu dans son fief de Prades (Pyrénées-Orientales) pour voter au premier tour de l’élection présidentielle, dimanche 10 avril. Une démarche citoyenne certes, mais vivement critiquée sur les réseaux sociaux puisque le chef du gouvernement s’y est rendu en avion privé avant de regagner Paris deux heures plus tard.

Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter - Capture

Le chef de l’exécutif confirme avoir utilisé cet avion particulier, et s’en est justifié sur RTL ce mardi matin : « J’ai utilisé les règles habituelles qui s’appliquent au Premier ministre. J’entends dire que j’ai affrété un jet privé, j’ai pris l’avion de l’Etat », a-t-il affirmé. « Le Premier ministre doit être à Paris très vite s’il y a le moindre problème. La période est aux polémiques n’est-ce pas ? »

Chez certains utilisateurs des réseaux sociaux, c’est l’impact écologique du transport qui choque. D’après plusieurs tweets, les émissions de CO² lors d’un tel voyage équivaudraient à la moitié de celles rejetées dans l’atmosphère par un Français moyen. Est-ce le cas ?

FAKE OFF

Selon l’outil Flightaware, le Premier ministre s’est envolé dimanche à 7h32 de Vélizy-Villacoublay (Yvelines) à bord d’un Falcon F900 du constructeur Dassault, pour arriver à 8h30 à l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes. Selon le même site, Jean Castex est reparti à 10h34 du même aéroport, pour un retour à Villacoublay à 11h39. Soit un trajet total de près de 1.350 kilomètres.

Le jet privé explose les compteurs de CO²

Le site Internet spécialisé Compare Private Planes estime que, pour le trajet Vélizy-Perpignan, un Falcon F900 rejette 2,23 tonnes équivalent CO² (« metric tonnes » dans le système international), soit 4,46 tonnes pour l’aller-retour.

L'estimation des émissions de CO2 pour le vol aller-retour du Premier ministre.
L'estimation des émissions de CO2 pour le vol aller-retour du Premier ministre. - Capture d'écran du site Compare Private planes

Or, d’après les statistiques du ministère de la Transition écologique, l’empreinte écologique d’un Français en 2020 était de 8,2 tonnes équivalent de CO². Ce chiffre était en baisse par rapport à 2019 (9 tonnes par habitant), notamment en raison de la crise sanitaire et des confinements.

Que l’on se base sur 2019 ou 2020, hors Covid-19, le voyage du Premier ministre et de son entourage équivaut à peu près aux émissions d’un Français sur la moitié d’une année. Ces 4.460 kg équivalent CO² sont nettement supérieurs aux 386 kg par personne nécessaires sur un avion de ligne pour le même trajet selon Air France, et surtout aux 3,1 kg par personne émis si le Premier ministre avait pris le TGV Paris-Perpignan.