20 Minutes : Actualités et infos en direct
ELEVAGEA Rennes, la start-up Agriloops veut faire des gambas un produit local

Rennes : Comment Agriloops veut faire des gambas un produit local

ELEVAGELancée en 2016, la start-up Agriloops disposera en 2023 d’une ferme commerciale près de Rennes pour produire localement des dizaines de tonnes de gambas grâce à un système d’aquaponie en milieu salé
Les premières gambas produites près de Rennes seront commercialisées courant 2023.
Les premières gambas produites près de Rennes seront commercialisées courant 2023. - Agriloops / 20 Minutes
Jérôme Gicquel

Jérôme Gicquel

L'essentiel

  • A la tête de la start-up Agriloops, deux Rennais se lancent dans la production locale de gambas.
  • Ils misent pour cela sur l’aquaponie, un système combinant aquaculture et maraîchage.
  • Leur système permet également de faire pousser des tomates cerises et du mesclun avec de l’eau salée enrichie par les déjections des gambas.

Les Français en consomment en masse, de l’ordre de 100.000 tonnes chaque année. Aussi appétissantes soient-elles, les crevettes sont aussi un danger pour la planète. Importés en grande majorité d’Asie ou d’Amérique centrale, ces crustacés d’élevage menacent en effet l’écosystème dans ces pays en détruisant les forêts de mangroves. Face à l’urgence écologique, les lignes commencent à bouger avec certains acteurs qui souhaitent relocaliser la production en France. C’est le cas de la start-up rennaise Agriloops, lancée en 2016 par deux anciens étudiants de l’Institut Agro Rennes-Angers.

Romain Vandame et Jérémie Cognard ont développé un système d'aquaponie en milieu salé encore inédit en Europe.
Romain Vandame et Jérémie Cognard ont développé un système d'aquaponie en milieu salé encore inédit en Europe.  - Agriloops

Pour produire localement des gambas, qui sont des crevettes de grande taille, Jérémie Cognard et Romain Vandame misent sur l’aquaponie, un système combinant aquaculture et maraîchage. Dans leur ferme pilote implantée sur leur ancien campus à Rennes, les deux ingénieurs élèvent ainsi des gambas dans un bassin. Ils récupèrent ensuite les effluents qui sont transformés en fertilisants pour faire pousser des fruits et légumes dans le local d’à côté. « On limite de ce fait les apports extérieurs en puisant dans les ressources naturelles », souligne Jérémie Cognard.

Plusieurs dizaines de tonnes par an

Grâce à ce système d’aquaponie en milieu salée, concept encore inédit en Europe, Agriloops produit « des gambas françaises, ultra-fraîches et durables » ainsi que des tomates cerises et du mesclun. Deux produits qui s’accommodent très bien de l’eau salée qui les irriguent. « C’est très intéressant d’un point de vue nutritionnel et gustatif, précise l’ingénieur. Nos tomates sont plus sucrées, plus charnues et plus riches en vitamines C ».

Après avoir développé pendant de longs mois leur technologie, testé son rendement et fait goûter leurs produits à des restaurateurs, poissonniers et grossistes, les deux jeunes entrepreneurs veulent désormais passer la vitesse supérieure et démarrer la production industrielle et la commercialisation de leurs gambas bretonnes. Cela se fera dans une ferme commerciale de 1,5 hectare dont la construction devrait démarrer après l’été à Bréal-sous-Montfort, au sud-ouest de Rennes. A son ouverture courant 2023, elle devrait être capable de produire plusieurs dizaines de tonnes de gambas et de fruits et légumes par an.

D’autres fermes en projet dans des métropoles

Baptisée Mangrove #1, la ferme servira aussi de démonstrateur car les deux amis et associés prévoient à terme d’en faire pousser d’autres. « On souhaite mettre en place un réseau de fermes autour des grandes métropoles en France et en Europe afin de produire des gambas au plus près du consommateur », indique Jérémie Cognard.

Agriloops peut compter pour cela sur l’appui de France Relance et de la BPI qui ont apporté une aide de trois millions d’euros dans le projet. La start-up, qui compte une dizaine de salariés, prépare également une nouvelle levée de fonds « de plusieurs millions d’euros ».

Sujets liés