Calvados : Pour économiser de l’électricité, la ville d’Epron expérimente l’éclairage public à la demande

INNOVATION La ville d’Epron (Calvados) propose à ses habitants d’allumer l’éclairage public à l’aide de leur smartphone

20 Minutes avec agences
— 
Illustration d'un lampadaire.
Illustration d'un lampadaire. — DE NUL/SIPA

Ludique, écologique et économique. Si des villes éteignent complètement l’éclairage public au milieu de la nuit, une solution alternative est en cours d’expérimentation, c’est l’application « J’allume ma rue », inventée par un ingénieur normand.


La commune d’Epron (Calvados) la teste depuis quelques jours. Le principe ? Les habitants appuient sur une icône représentant une ampoule quand ils ont besoin d’être éclairés. L’application envoie ensuite l’information à un dispositif relié aux boîtiers électriques et les lampadaires de la zone s’allument pendant un temps défini par la collectivité.

Les communes de Pont-de-l’Arche (Eure) et Lisieux (Calvados) testent le même dispositif


« Depuis le 15 mars, le boulanger d’Epron a un nouveau rituel. Chaque matin, quand il quitte son domicile à vélo en pleine nuit, il utilise désormais son smartphone pour activer la lumière », raconte France 3 Normandie. Pendant six minutes, il peut circuler sereinement, en étant vu par les voitures. Trois quartiers de la commune sont équipés de ce système, depuis que la municipalité a décidé de couper l’éclairage public de minuit à 5h30.


En Normandie, les villes de Pont-de-l’Arche (Eure) et Lisieux (Calvados) étrennent le procédé. En Ile-de-France, Longpont-sur-Orge (Essonne) également. Dans un contexte de hausse des prix de l’énergie, les motivations (outre celles environnementales) sont évidentes. « Ce n’est pas loin de 10 à 15.000 euros de factures d’électricité en moins à l’année », explique à la télévision régionale l’adjointe en charge des affaires générales à Epron. L’expérimentation doit y durer cinq mois.