Saint-Nazaire : L’installation du premier parc éolien en mer de France est lancée

ENERGIE Les quatre premières éoliennes du parc offshore de Saint-Nazaire sont en cours d’installation

Julie Urbach
— 
Les mâts des éoliennes mesurent 180m de haut. Les premiers viennent de partir au large de Saint-Nazaire
Les mâts des éoliennes mesurent 180m de haut. Les premiers viennent de partir au large de Saint-Nazaire — L. Venance/ AFP
  • Le parc de 80 éoliennes en mer, au large de Saint-Nazaire, devient réalité avec le transport et l’installation des quatre premiers mâts, nacelles et pales.
  • La mise en service intégrale du premier parc éolien offshore de France est prévue pour la fin de l’année.

Depuis quelques jours, les grosses manœuvres ont commencé sur le port de Saint-Nazaire. Le parc éolien en mer, le premier en France à voir le jour avant celui de Fécamp (Seine Maritime) et Courseulles-sur-Mer (Calvados) notamment, est en cours d’installation. Sa mise en service intégrale est prévue à la fin de l’année. Voici ce qu’il faut savoir.

C’est quoi ce projet de parc éolien ?

Officiellement lancé en 2012, le projet de parc éolien offshore de Saint-Nazaire, au large du Croisic en Loire-Atlantique, devient une réalité, après plusieurs années de retard ponctuées de recours juridiques des opposants. D’une capacité de 480 MW, la première installation de ce type en France sera composée de 80 éoliennes de 180 mètres de haut plantées dans les fonds marins, à une quinzaine kilomètres des côtes. L’objectif est que ce parc, d’une superficie de 80 km², fournisse 20 % des besoins électriques de la Loire-Atlantique. Selon EDF Renouvelables, qui finance et détient pour moitié ce projet à 2 milliards d’euros, c’est l’équivalent de la consommation domestique de 700.000 personnes. Quelque 1.200 emplois locaux « ont été mobilisés » pour sa construction.

Que se passe-t-il en ce moment à Saint-Nazaire ?

Mercredi, après plusieurs reports liés aux conditions météo, les quatre premières éoliennes ont été embarquées sur le navire Vole au vent. C’est ce bateau luxembourgeois hors du commun, capable de « se soulever au-dessus de l’eau grâce à ses "jambes" » pour rester le plus stable possible, qui est chargé de toute l’installation, notamment grâce à son impressionnante grue d’une capacité de levage de 1.500 tonnes. Près de cent personnes sont à bord pendant les deux heures de traversée mais surtout pendant les 24 heures qui seront nécessaires pour installer les quatre premiers mâts, nacelles et leurs douze pales géantes. La première éolienne en mer devrait ainsi être en place dans les prochaines heures, prévoit EDF Renouvelables. Les allers-retours doivent ainsi se poursuivre pendant plusieurs semaines.



Comment ça marche ?

Pour transformer l’énergie du vent en électricité, les 80 unités sont reliées entre elles par des câbles, qu’il faut encore tirer, jusqu’à une sous-station électrique, qui a quant à elle été installée en août dernier. Le raccordement, réalisé par RTE, a été achevé entre la plage de la Courance et le poste électrique. Pour ce faire, 110 km de câbles ont déjà été installés au fond de la mer. C’est là aussi que des tubes en acier de 7 mètres de diamètre (les fondations des éoliennes) doivent encore être plantés, à une vingtaine de mètres de profondeur.

Sept parcs éoliens de ce type doivent être mis en service ces prochaines années, tandis que plus de 5.000 éoliennes en mer sont aujourd’hui déjà raccordées en Europe.