Deux-Sèvres : Des milliers d'opposants aux « méga-bassines » attendus à partir de vendredi

MANIFESTATION Un rassemblement contre des projets de retenues d'eau dans les Deux-Sèvres et alentour en faveur d'agriculteurs, espère réunir entre 5.000 et 10.000 personnes à partir de vendredi et jusqu'à dimanche

20 Minutes avec AFP
— 
Dans les Deux-Sèvres, u collectif est opposé au projet de création de 16 bassines d'eau porté par les agriculteurs pour sécuriser leurs cultures.
Dans les Deux-Sèvres, u collectif est opposé au projet de création de 16 bassines d'eau porté par les agriculteurs pour sécuriser leurs cultures. — F.Pouliquen/20Minutes

Entre 5.000 et 10.000 personnes sont attendues pour un « Printemps Maraîchin »… Des milliers d’opposants à des projets de retenues d’eau dans les Deux-Sèvres et alentour, les «méga-bassines», sont attendus entre vendredi et dimanche en bordure du Marais poitevin, pour trois jours de manifestations visant à dénoncer « l’accaparement de l’eau » et « l’empoisonnement des sols par l'agro-industrie ».

Le rassemblement prendra la forme de trois jours de « fêtes, assemblées, spectacles et randos naturalistes » ainsi que d’une « manif-action » le samedi, à La Rochénard (Deux-Sèvres), a affirmé mardi lors d’une conférence de presse Julien Le Guet, porte-parole des organisateurs.

« Entreprise d’accaparement de l’eau »

Ce « Printemps », qui fait suite à nombre de rassemblements, manifestations, et autres recours en justice au cours des années passées, se déroule à l’appel du collectif Bassines Non Merci, fer de lance de l’opposition aux projets, et de la Confédération paysanne, avec le soutien de la LPO, EELV, Attac, La France Insoumise, etc.

Les organisateurs selon qui « l’agro-industrie a décidé de lancer une vaste entreprise d’accaparement de l’eau au détriment de la qualité et du partage de ce bien commun », demandent également « l’arrêt de tous les projets nationaux de mégabassines ».

« Pas une bataille d’écolos »

Ce « n’est pas une bataille d’écolos », selon Nicolas Girod, porte-parole de La Confédération Paysanne, « c’est un choix de modèle agricole. On est sur un projet d’industrialisation de l’agriculture », dénonce le syndicat paysan qui a affrété des autocars venant du sud-ouest, de Bretagne ou du Grand-Est.

Le rassemblement se tiendra près de Mauzé-sur-le-Mignon, commune qui abrite une de ces « bassines » de stockage. Quinze autres sont prévues en majorité dans les Deux-Sèvres, sur le bassin de la Sèvre niortaise, rivière cruciale pour l’alimentation du Marais poitevin qui risque ainsi l’assèchement, selon le collectif.

De précédentes manifestations suivies de violence

De son côté, la Coordination Rurale a annoncé également trois jours de mobilisation pour « défendre » la bassine de Cram-Chaban (Charente-Maritime), à quelques kilomètres, une action « destinée à défendre cet outil de travail face à des extrémistes ».

Contre « tout risque de trouble à l’ordre public », les préfectures des Deux-Sèvres et de Charente-Maritime ont interdit de manifestation et de circulation les engins agricoles sur un large périmètre. De précédentes manifestations avaient été suivies de violences avec la destruction d’une réserve voisine en Charente-Maritime et de blessés chez les gendarmes.