Réchauffement climatique : Les 3 points à retenir du nouveau rapport du GIEC

ALERTE Ce mercredi, Brut, partenaire de « 20 Minutes », examine le dernier rapport sur l’évolution du climat avec l’un de ses rédacteurs

O.M. avec Brut
— 
Selon le GIEC, les vagues de chaleur extrême ont des conséquences sur la santé
Selon le GIEC, les vagues de chaleur extrême ont des conséquences sur la santé — Geralt / Pixabay

« Un recueil de la souffrance humaine et la preuve de l’abdication criminelle des dirigeants mondiaux ». C’est par ce triste constat qu’António Guterres, secrétaire général de l' ONU, a accueilli le second volet du sixième rapport d’évaluation du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), publié le 28 février.

De fait, ce dernier rapport témoigne d’abord de « dégâts visibles et irréversibles dans certaines régions du monde ». Gonéri Le Cozannet, qui a contribué à sa rédaction, précise d’ailleurs que se confirme « ce que les précédents rapports annonçaient : davantage de vagues de chaleur, de précipitations extrêmes, une élévation du niveau de la mer, etc. ».

Parmi les potentielles solutions : repenser les villes

Il souligne ensuite la forte inégalité entre pays : « en Afrique, par exemple, le changement climatique compromet les objectifs de la sécurité alimentaire et de l’accès à l’eau. Alors qu’en Europe, ces aspects ne sont pas menacés ». Enfin, le GIEC soulève la question des potentielles solutions à cette situation.

Parmi celles-ci, Gonéri Le Cozannet, qui refuse de céder au pessimisme, estime qu’on pourrait – ou plutôt devrait – repenser les villes pour qu’elles « émettent moins de gaz à effet de serre, qu’on y limite les îlots de chaleur et qu’on y facilite l’évacuation des eaux de pluie ». Découvrez l’intégralité de ses commentaires éclairés dans cette vidéo de notre partenaire Brut.