Coronavirus : Ils ont trouvé comment recycler les masques jetables

RECYCLAGE Ce mardi, Brut, partenaire de « 20 Minutes », rencontre Olivier Civil, Cofondateur de Plaxtil, qui recycle les masques anti-Covid pour les transformer en objets du quotidien en plastique

B.D.
Un masque chirurgical, le 6 janvier 2022, à Paris, France.
Un masque chirurgical, le 6 janvier 2022, à Paris, France. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Passer d’un masque à un rapporteur, c’est possible. Si si ! A Châtellerault, l’entreprise Plaxtil, cofondée par Olivier Civil, a recyclé 25 millions de masques usagés depuis juin 2020 en les transformant en équerre, en cendrier, en pots à crayons, en supports de photos, etc.

A l’origine, l’entreprise recyclait des déchets textiles issus de la mode, mais avec la pandémie, elle s’est diversifiée. « On a voulu montrer que les masques, qui sont utilisés au quotidien par des millions de gens, étaient des textiles qui pouvaient être recyclés aussi », raconte Olivier. Ils sont d’abord désinfectés grâce à des rayons UV, puis broyés pour en faire des petites billes de plastique, réutilisables pour mouler de nouveaux objets.

Remplacer le plastique vierge

Désormais, l’entreprise poursuit sa mission initiale de recyclage de textile, avec cette deuxième activité de recyclage de masques usagés. Objectif : récupérer les éléments plastiques qui existent déjà pour qu’ils resservent comme base de matière et remplacer le plastique vierge, issu du pétrole.

« Un masque qui normalement est porté quelques heures et ensuite jeté, eh bien on va en fait lui donner une, deux, trois, dix vies différentes », se réjouit Olivier. Outre les masques, son entreprise recycle également les équipements de protection individuelle jetables, c’est-à-dire les blouses, les charlottes, les surchaussures… Il explique tout dans cette vidéo de notre partenaire Brut.