Cyclone Emnati : L’alerte rouge levée à La Réunion

OUF La Réunion est toujours en « vigilance » mais la population est « autorisée à sortir »

20 Minutes avec AFP
— 
L'alerte cyclone rouge a été levée à La Réunion.
L'alerte cyclone rouge a été levée à La Réunion. — VALERIE KOCH/SIPA

Plus de peur que de mal. Le cyclone Emnati a frôlé La Réunion sans occasionner de dégâts majeurs. L’alerte cyclonique rouge a été levée ce lundi à La Réunion, grâce à des conditions météorologiques « moins dégradées qu’escompté », a indiqué la préfecture.


« Le cyclone tropical intense Emnati s’éloigne de La Réunion » et « le préfet a donc décidé de lever l’alerte rouge du dispositif spécifique ORSEC Cyclone », selon la préfecture. « La Réunion est désormais placée en phase de sauvegarde cyclonique et en vigilance », a précisé la préfecture, soulignant que la population était « autorisée à sortir ».

Des vents toujours violents

Le système s’éloigne maintenant de La Réunion mais laisse dans son sillage des vents  importants et une forte houle. Des rafales atteignant les 163 km/h sont enregistrées sur les hauteurs ouest de l’île. Des vagues déferlantes parfois hautes de 10 mètres s’abattent sur le littoral nord et est. Des pluies intermittentes sont encore attendues dans la journée.


Selon Météo-France, les conditions météo devraient commencer à s’améliorer en fin de journée. Vers midi (heure locale), 2.000 foyers étaient encore privés d'électricité (contre 7.000 au petit matin) et 3.400 abonnés subissaient des coupures d’eau. Les établissements scolaires restent fermés ce lundi.

De cyclone en cyclone

Météo-France estime que la dégradation des conditions météo est moins importante que celle observée pour Batsirai. Début février, le passage de ce cyclone intense à proximité de l’île avait provoqué d’énormes dégâts, estimés à 47 millions d’euros pour les seules exploitations agricoles.

Une vingtaine de communes de La Réunion ont été classées en situation de catastrophe naturelle et un navire mauricien s’est échoué, engendrant un début de pollution marine. Les opérations pour l’empêcher ont dû être interrompues à l’arrivée d’Emnati.