Réchauffement climatique : Pourquoi les derniers glaciers tropicaux sont condamnés

EXPÉDITION Ce jeudi, Brut, partenaire de « 20 Minutes », gravit des sommets en compagnie d’une glaciologue française

20 Minutes avec Brut
Le glacier colombien Ricatuba negro
Le glacier colombien Ricatuba negro — Marc Horrell / Flickr - CC BY-NC-SA 2.0

Et si la fonte accélérée des glaciers colombiens préfigurait celles de nos sommets européens ? C’est en tout cas ce qu’affirme la  glaciologue Heïdi Sevestre, qui a fait le tour de plusieurs glaciers « tropicaux » pour mesurer les dramatiques effets du réchauffement climatique. Pour la Française,  les Alpes,  l’Himalaya,  l’Alaska, le reste des Andes et les régions polaires sont menacés.

« On a atteint le point de non-retour »

« Ici, on marchait sur de la glace il y a quelques années. Aujourd’hui, il ne reste que des amas de pierre et de la boue », déplore Heïdi Sevestre depuis le sommet du Ritacuba negro, qui culmine à 4930 mètres. « Malheureusement, c’est le destin de tous les glaciers tropicaux, qui sont tellement petits qu’ils " fondent " super vite, poursuit-elle. Le point de non-retour est atteint ici, et c’est directement lié au  changement climatique, lui-même lié aux activités humaines. »

S’il est hélas trop tard pour sauver ces géants colombiens, « nous pouvons encore aider à préserver les glaciers qui comptent tant pour nous dans nos régions en poursuivant le combat contre le changement climatique », précise la porteuse du projet The last tropical glaciers. Accompagnez-la en altitude dans cette vidéo de notre partenaire Brut.