L'Islande relève son niveau d'alerte pour le volcan le plus actif du pays

VOLCAN Le volcan était déjà sous surveillance après la rupture d'un lac glaciaire, susceptible de déclencher une éruption

20 Minutes avec AFP
— 
Une photo aérienne du volcan islandais Grimsvötn lors de sa dernière éruption, en 2011
Une photo aérienne du volcan islandais Grimsvötn lors de sa dernière éruption, en 2011 — Bjorn Oddsson / AFP

L’Islande a relevé lundi son niveau d’alerte éruption pour le volcan Grimsvötn, le plus actif du pays, après la détection dans la matinée de séismes à proximité, dont un de magnitude 3,6. Situé dans une zone inhabitée et inaccessible du centre du pays, ce volcan situé sous un immense glacier était déjà sous surveillance du fait d'une crue liée à la rupture d’un lac glaciaire, susceptible de déclencher une éruption.

Lors de sa dernière éruption il y a dix ans, son nuage de cendre avait entraîné des petites perturbations du trafic aérien, avec environ 900 vols annulés, sans commune mesure toutefois avec l’Eyjafjallajökull (100.000 vols annulés et dix millions de passagers bloqués) en 2010.

Niveau d’alerte orange

Le niveau d’alerte a été relevé à « orange » au lieu de « jaune » en raison d’une « activité sismique élevée », a indiqué sur son site l’Office météorologique d'Islande (IMO). Destiné à l’aviation pour signaler le risque éruptif, le code couleur attribué au Grimsvötn signifie que le volcan « montre une activité accrue avec une probabilité plus élevée d’éruption », selon l’échelle définie par l’IMO. Plusieurs séismes​ atteignant jusqu’à 3,6 de magnitude ont été enregistrés lundi matin par les autorités.

Le code rouge indique, lui, qu’une éruption est considérée comme imminente avec une émission probablement significative de cendres nuisibles au trafic aérien, ou alors qu’une éruption problématique pour l’aviation est en cours.

Une dernière éruption en 2011

Si, ces deux derniers jours, l’activité sismique du volcan s’est intensifiée, aucune secousse suivie d’une remontée de magma souterrain (un « trémor », en volcanologie) n’a été détectée pour l’heure, souligne l’IMO. « Cette activité sismique est peut-être due à la diminution de la pression au-dessus du volcan, puisque les eaux de la crue ont quitté le lac sous-glaciaire » du Grimsvötn, souligne l’IMO. Phénomène naturel brutal connu sous le nom de « jökulhlaup », cette tumultueuse coulée d’eau commencée il y a une dizaine de jours a atteint son débit maximal dimanche matin.

La baisse de pression sur le volcan entraînée par l’écoulement de millions de tonnes d’eau peut déclencher une éruption, comme ce fut le cas en 2004, mais également en 1934 et 1922. Situé sous le plus grand glacier d’Islande nommé Vatnajökull, le volcan Grimsvötn était entré en éruption pour la dernière fois en 2011. Les éruptions récentes du Grimsvötn se sont produites environ tous les cinq à 10 ans.