Bretagne : Une commune ferme définitivement une route pour laisser les crapauds et tritons tranquilles

ANIMAUX Onze espèces ont été référencées aux abords du site des Landes de la Poterie, à Lamballe-Armor (Côtes-d’Armor)

Camille Allain
— 
Illustration d'un crapaud traversant la route de nuit.
Illustration d'un crapaud traversant la route de nuit. — Sipany/SIPA

C’est une décision qui a été mûrement réfléchie, fruit de plusieurs années d’études et d’enquêtes. Confrontée à un massacre de batraciens à chaque période de migration, la commune de Lamballe-Armor a pris une décision forte. Jeudi, lors d’une réunion publique, les élus de la ville des Côtes d’Armor ont annoncé la fermeture définitive de la route départementale 28. La raison ?  La nécessaire préservation des crapauds, grenouilles, tritons et salamandres qui ont pour habitude de traverser la barrière d’asphalte qui les séparent de leur lieu de reproduction. D’après la collectivité, onze espèces « toutes protégées et souvent menacées » ont été identifiées dans cette zone baptisée «Les Landes de la Poterie» et  classée Natura 2000.

Depuis 2016, l’agglomération Lamballe Terre et Mer faisait appel à l’association Vavarmor Nature et à ses bénévoles pour installer des « crapaudromes », des dispositifs provisoires visant à protéger les traversées d’amphibiens pendant la migration hivernale. En trois ans, un peu plus de 4.000 individus auraient ainsi été sauvés d’une mort certaine. La RD28 avait ensuite été fermée de décembre à mars, imposant une déviation sur cette route qui voit passer 400 à 500 véhicules par jour.

Une mesure temporaire qui n’a pas été jugée suffisante par la collectivité qui a annoncé la fermeture définitive de la RD28 aux abords des Landes de la Poterie. « Une première nationale » selon les responsables de Lamballe-Armor, qui évoquent « une décision forte en termes de protections environnementales ». Cette fermeture concerne une portion longue de 750 mètres. Une déviation a été mise en place pour permettre aux riverains de contourner la zone. L’avenir de la portion de route fermée n’a pas encore été déterminé.

Les initiatives se multiplient en France pour tenter de préserver les populations d’amphibiens. A Vern-sur-Seiche, près de Rennes, des crapauducs permettant aux animaux de traverser sous le bitume ont été mis en place, nécessitant environ 65.000 euros de travaux d’aménagement.