Limousin : Gandhi, une éléphante de cirque, première pensionnaire à intégrer une «maison de retraite»

REPOS BIEN MERITE L’animal est arrivé à Bussière-Galant en Haute-Vienne le 14 octobre, pour y finir sa vie en toute tranquillité

E.P.
— 
Gandhi est la première pensionnaire de la maison de retraite pour éléphants lancée dans le Limousin.
Gandhi est la première pensionnaire de la maison de retraite pour éléphants lancée dans le Limousin. — EHEES
  • La première pensionnaire de la maison de retraite pour éléphants issus des cirques a pris ses quartiers dans le Limousin.
  • Gandhi s’acclimate tranquillement à son nouvel environnement sous l’œil vigilant de deux anciens soigneurs du zoo d’Anvers en Belgique.

Gandhi, la première pensionnaire d’« Elephant Haven », un havre de paix imaginé par Sofie Goetghebeur et Tony Verhulstdeux anciens soigneurs du zoo d’Anvers (Belgique) pour les éléphants de cirque, est arrivée le 14 octobre à Bussière-Galant, en Haute-Vienne (Limousin). Le duo travaille à l’ouverture de cette structure unique en Europe depuis plus de cinq ans et a dû faire face à de nombreuses péripéties financières et administratives.

Les soigneurs connaissent Gandhi depuis plusieurs années. Agée de 52 ans aujourd'hui, elle est probablement née en Asie et a intégré un premier cirque au Danemark en 1973.  A partir de 1988, l’éléphante était ensuite au zoo de Pont Scorff (Morbihan) qui a connu des difficultés récentes et à l’issue d’un procès, elle et d’autres animaux « ont été confiés à un nouveau propriétaire, qui a décidé que Gandhi bénéficierait de notre offre pour prendre soin d’elle », expliquent les soigneurs dans un communiqué.

Une préparation minutieuse de son arrivée

Les soigneurs ont commencé à s’occuper de Gandhi il y a trois mois, en amont de son arrivée au refuge. « Au cours de ces derniers mois, Gandhi a révélé chaque jour davantage de facettes de sa personnalité, et elle a immédiatement conquis nos cœurs en répondant si bien à toutes les nouvelles expériences que nous lui avons proposées, écrivent-ils. Tout le monde a commencé à voir une transformation. »

Après un voyage de dix heures, l’éléphante a découvert son nouveau lieu de résidence. « A son arrivée, elle est sortie de sa caisse rapidement et en toute confiance, directement dans vers l’étable chauffée et a commencé à manger tout de suite, racontent les soigneurs. Nous sommes si fiers d’elle et du courage dont elle a fait preuve »

Une adaptation en cours

Forcément fatiguée après son long voyage, elle semble prendre ses marques tranquillement. « Elle s’adapte encore à son nouvel environnement et nous suivons simplement son rythme, en préservant son intimité et en assurant la tranquillité autour d’elle à tout moment », précisent les responsables du site.

Elle n’a pas encore exploré tout l’espace qui lui est réservé mais il n’est pas question de la brusquer. « Nous la voyons souvent brouter l’herbe à l’extérieur ou chercher les objets d’enrichissement qu’elle connaît, mais nous ne savons pas quand elle sera prête à entrer dans le grand enclos extérieur – ce sera son choix », précisent-ils.

Pour l’instant aucune visite n’est possible sur le site limousin, afin qu’elle s’acclimate le plus tranquillement possible à son nouveau cadre verdoyant, loin des chapiteaux, des lumières et des cris du public.