Lyon veut intégrer le club des « 100 villes climatiquement neutres en 2030 »

ENVIRONNEMENT Le maire de Lyon a annoncé, jeudi lors du conseil municipal, qu’il allait porter la candidature de la ville auprès de la commission européenne afin qu’elle puisse intégrer le programme

C.G.
— 
Grégory Doucet le maire de Lyon veut porter la candidature de Lyon au programme des 100 villes européennes climatiquement neutres en 2030
Grégory Doucet le maire de Lyon veut porter la candidature de Lyon au programme des 100 villes européennes climatiquement neutres en 2030 — Bony/SIPA

Gégory Doucet, le maire (EELV) de Lyon, a annoncé ce jeudi matin en conseil municipal qu’il allait porter la candidature de la ville au programme de la commission européenne « 100 Villes Climatiquement Neutres pour 2030 ». Le dossier sera déposé en janvier.

« La COP26 a été très largement un échec. Face à l’inaction des Etats, des gouvernements, face à leur incapacité à s’engager, le changement viendra des villes », argumente l’élu écologiste.



La ville produit six millions de tonnes de dioxyde de carbone par an

Même si le cahier des charges est encore flou, ce programme vise à aider financièrement les métropoles européennes qui s’engagent pour atténuer les effets du réchauffement climatique. L’objectif est très ambitieux : être totalement décarbonées dans la décennie à venir. Lyon en est encore loin. Très loin même. La ville, toutes activités confondues, produit six millions de tonnes de dioxyde de carbone par an. La mairie en émet 150.000 tonnes.

Aujourd’hui, les villes couvrent environ 3 % de la Terre, mais elles produisent plus de 70 % de ses émissions de gaz à effet de serre, selon la commission européenne qui estime qu’en 2050, « près de 85 % des Européens vivront dans des zones urbaines ».