Etats-Unis : Joe Biden demande au Congrès de ratifier un traité sur la réduction de gaz super-polluants

ENVIRONNEMENT En respectant cet accord, les Etats-Unis pourraient réduire de 0,5 °C le réchauffement climatique d’ici 2100

20 Minutes avec AFP
— 
Le président américain veut faire ratifier un traité que les Etats-Unis avaient aidé à rédiger avant le mandat de Donald Trump.
Le président américain veut faire ratifier un traité que les Etats-Unis avaient aidé à rédiger avant le mandat de Donald Trump. — Evan Vucci/AP/SIPA

Joe Biden est renté de la COP26 à Glasgow plein de bonnes intentions. Le président américain a demandé mardi au Congrès des Etats-Unis de ratifier un amendement à un traité international visant à fortement réduire les hydrofluorocarbures (HFC), des gaz à effet de serre extrêmement nocifs pour le climat. Le démocrate a exhorté le Sénat à soutenir la ratification de l’amendement de Kigali au Protocole de Montréal, signé par 124 pays et qui prévoit l’élimination progressive des HFC.

Utilisés dans la réfrigération, l’air conditionné, certains aérosols et la fabrication de mousses isolantes, les HFC sont de redoutables gaz à effet de serre. Les Etats-Unis ont joué un rôle central dans la rédaction de l’amendement, qui appelle les Etats à réduire les HFC de 85 % d’ici 2036 – un objectif repoussé de quelques années pour d’autres pays. Si l’accord est respecté, il pourrait réduire de 0,5 °C le réchauffement mondial d’ici 2100, selon les experts.

Donald Trump avait fait machine arrière

Les hydrofluorocarbures sont utilisés depuis les années 1990 en remplacement des CFC (chlorofluorocarbures), principaux responsables de la destruction de la couche d’ozone, et qui avaient pour cette raison été interdits dans le cadre du Protocole de Montréal. Mais Washington n’a pas ratifié l’amendement de Kigali après un retournement de l’administration de l’ancien président Donald Trump sur les règles américaines visant à réduire l’utilisation de ces produits chimiques.

« La ratification par les Etats-Unis ferait progresser les intérêts américains en leur permettant de rester en tête du développement et du déploiement d’alternatives aux HFC, en garantissant l’accès à des marchés de réfrigération et de refroidissement en croissance rapide à l’étranger et en stimulant les investissements américains, les exportations et la croissance de l’emploi dans ce secteur », a plaidé Joe Biden dans sa lettre au Sénat.