COP 26 : Macron juge la conférence « utile », avec « des regrets mais aussi des avancées »

CLIMAT Le président français s'est réjoui de l'engagement de 200 pays pour accélérer la transition carbone mais regrette que les limitations sur le méthane

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron à la COP 26 de Glasgow, le 1er novembre 2021.
Emmanuel Macron à la COP 26 de Glasgow, le 1er novembre 2021. — Paul Ellis/AP/SIPA

Emmanuel Macron a jugé mardi « utile » la COP 26 sur le climat, achevée le week-end dernier, avec « des regrets, mais aussi des avancées » dans le compromis final pour tenter de limiter le réchauffement climatique.



Le chef de l’État s’est notamment réjoui de l’engagement de quelque 200 pays à « accélérer la diminution du recours au charbon ». « Nous restons mobilisés pour réussir la prochaine étape : une annonce de sortie du charbon signée par les grands émetteurs », a-t-il poursuivi dans une série de tweets.

La moitié des pays engagés sur le méthane

Le chef de l’Etat s’est également félicité qu’une centaine de pays, représentant « la moitié des émissions de méthane », se soient accordés pour « réduire leurs émissions de 30 % d’ici 2030 ». « Il faut maintenant que l’autre moitié s’engage », a-t-il exhorté.

Les 200 pays de la COP26 ont adopté samedi à Glasgow un accord pour accélérer la lutte contre le réchauffement de la planète, sans assurer de le contenir à 1,5°C ni répondre aux demandes d’aide des pays pauvres.

La COP 26 a « réaffirmé l’importance que nous soyons tous au rendez-vous des 100 milliards de dollars de mobilisation pour accompagner la transition des pays qui ont moins ». « J’ai appelé à ce que l’on rattrape le retard pris en 2020 et 2021 », a encore affirmé le chef de l’Etat. « Nous le devons à notre jeunesse. On ne lâchera rien ! », a-t-il conclu.