Plastique : Coca-Cola est l'entreprise la plus polluante du monde pour la 3e année consécutive

ENVIRONNEMENT Malgré les déclarations de l'entreprise, le nombre de déchets plastiques ramassés et associés à Coca-Cola n'a cessé d'augmenter ces dernières années

20 Minutes avec agence
— 
Des bouteilles de Coca-Cola. Illustration.
Des bouteilles de Coca-Cola. Illustration. — Meigneux / Sipa

Coca-Cola est champion du monde de la pollution plastique. Ce titre lui a été décerné par l’ONG Break Free From Plastic, qui récolte chaque année des déchets aux quatre coins du globe afin d’établir un classement des entreprises les plus polluantes, rapporte Le Monde.

Au total, Break Free From Plastic a récupéré et identifié 19.826 déchets plastiques (bouteilles ou morceaux de bouteilles) dans 39 pays différents en 2021. La majorité appartenait à Coca-Cola. Le nombre de déchets plastiques de cette marque ne cesse d’augmenter depuis le premier rapport de cette ONG il y a trois ans.

Discours et réalité

Break Free From Plastic a récolté 9.216 détritus de plastique associés aux produits commercialisés par Coca-Cola en 2018, 11.732 en 2019 et 13.834 en 2020. Un constat bien éloigné du positionnement de l’entreprise, qui produit non seulement le Coca-Cola, mais aussi les boissons des marques Fanta, Sprite et Tropico.

« La protection de l’environnement est une priorité majeure, indique le groupe américain sur son site Internet. Nous nous engageons notamment à permettre la collecte de tous les emballages de nos produits d’ici à 2025 afin qu’ils ne finissent pas comme des déchets sauvages ou dans les océans. »

Moins de 60 % des déchets identifiés

Le podium de ce classement 2021 effectué par Break Free From Plastic est complété par PepsiCo avec 8.231 déchets plastiques et Unilever avec 6.079 détritus. Au total, l’ONG a récolté 330.493 déchets plastiques mais moins de 60 % ont pu être associés à une marque.

« Les multinationales comme Coca-Cola, PepsiCo et Unilever prétendent s’attaquer à la crise du plastique, a dénoncé Emma Priestland, qui travaille pour l’ONG. Mais au lieu de montrer la voie, elles continuent à investir dans de fausses solutions, tout en s’associant à des compagnies pétrolières pour produire encore plus de plastique. »