Israël : Le pays fait du réchauffement climatique une question de « sécurité nationale »

MESURES PRIORITAIRES Le Premier ministre, Naftali Bennett, a prévu de se rendre à la COP26 qui se tiendra du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow en Ecosse

20 Minutes avec AFP
— 
Des raffineries à Haïfa en Israël (illustration).
Des raffineries à Haïfa en Israël (illustration). — Rafael Ben-Ari/Chameleons Eye/Ne

A quelques jours de l’ouverture de la COP26, Israël a décidé de mettre le climat au cœur de ses préoccupations. Le gouvernement a ainsi fait dimanche de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité de « sécurité nationale » et s’est engagé à « faciliter » les investissements dans les énergies vertes.

En juin dernier, le nouveau gouvernement de coalition mené par Naftali Bennett avait déjà fixé au pays l’objectif de réduire de 27 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et de 85 % d’ici 2050, par rapport au niveau de 2015.

Retard sur les transports publics

Pour réduire ses émissions, l’Etat hébreu, qui est l’un des pays de l’OCDE investissant le moins dans les transports publics, prévoit notamment de promouvoir des modes de transport moins énergivores. « Aujourd’hui, le gouvernement a approuvé de nombreuses décisions afin de faire la promotion de modes de transport propres et à faible consommation en carbone », a déclaré le Premier ministre, qui doit se rendre à la COP26, qui se tiendra du 31 octobre au 12 novembre en Ecosse. Son gouvernement va en outre annoncer des « séries d’actions » en ce sens.

Israël veut s’appuyer sur le succès de nombreuses entreprises dans les domaines de la cybersécurité, de la défense et des technologies financières, alors que le secteur des hautes technologies emploie un peu plus de 10 % de la population active. « Nous voulons promouvoir l’innovation et faciliter (le travail) des entrepreneurs dans le secteur des énergies vertes », a déclaré la ministre de l’Energie Karine Elharrar. Sa collègue à l’Environnement, Tamar Zandberg, a pour sa part accusé les gouvernements précédents d’avoir « traîné les pieds » sur ce dossier.