Rennes : Frère et sœur, ils élaborent des produits cosmétiques avec des fruits et légumes moches

ANTIGASPI Pour sa première collection hiver, la jeune société rennaise Déco’smetique a développé une gamme de baumes pour les lèvres et les mains à partir de clémentines déclassées

Jérôme Gicquel
— 
Simon et Mélanie Guyomarch lancent leur gamme de produits cosmétiques.
Simon et Mélanie Guyomarch lancent leur gamme de produits cosmétiques. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Deux jeunes Rennais, un frère et sa sœur, lancent leur gamme de produits cosmétiques.
  • Pour les élaborer, ils se servent de fruits et légumes moches.
  • Leurs premiers baumes solides ont été fabriqués à partir de clémentines déclassées.

Ils sont trop petits ou trop gros, difformes, abîmés ou bien encore trop mûrs. Ne répondant pas aux canons de beauté de la grande distribution, les fruits et légumes moches finissent très souvent à la poubelle. Pour éviter ce gaspillage alimentaire, des initiatives fleurissent depuis quelque temps un peu partout en France pour donner une seconde vie à ces fruits et légumes déclassés.

A Rennes par exemple, une jeune société s’en sert pour concevoir des produits cosmétiques. Baptisée Déco’smétique, elle a vu le jour il y a deux ans, fondée par Simon Guyomarch. Tout juste sorti d’école de commerce, le jeune homme de 27 ans a alors l’idée de développer des accessoires pour faciliter l’utilisation des cosmétiques solides. « C’est plus économique et écologique car il y a moins de déchets mais ce n’est pas toujours très pratique à utiliser », souligne-t-il. De cette réflexion naîtront les premiers produits de la marque comme cet ingénieux porte-savon magnétique.

Les bienfaits de la clémentine pour la peau

Depuis quelques semaines, sa sœur Mélanie l’a rejoint dans l’aventure. Diplômée de chimie, c’est à elle que l’on doit la recette des produits cosmétiques que s’apprête à commercialiser la jeune pousse bretonne. Leur gamme Balsama se concentre pour l’heure sur deux produits, un baume solide pour les lèvres et un autre pour les mains. « La formulation est assez complexe à trouver car il faut que le baume se liquéfie au contact de la peau mais il ne faut pas qu’il fonde quand il fait trop chaud », indique la jeune femme.

Pour « pimper » leur recette tenue secrète, le frère et la sœur utilisent des clémentines déclassées, récupérées auprès d’un magasin bio des environs, pour élaborer un macérat huileux. « C’est un fruit qui regorge de principes actifs, encore plus quand il est mûr, souligne Mélanie Guyomarch. Il ralentit notamment le vieillissement de la peau. »

Le lancement de la production début 2022

Leur formule au point, les deux jeunes créateurs ont lancé le week-end dernier les précommandes qui prendront fin le 18 novembre sur la plate-forme Ulule. Ils attendent aussi avec impatience l’homologation de leurs produits et leur certification bio avant de lancer la production début 2022. Cela se déroulera dans un laboratoire que leur prêtent les gérants de la savonnerie artisanale et écologique La Fabrik’ à Bulles à Saint-Aubin-du-Cormier, au nord-est de Rennes.

Si tout se passe bien, les premiers baumes devraient être livrés et commercialisés au mois de février. Il sera alors temps de réfléchir à la nouvelle collection qui sortira cet été. Avec quel fruit ou légume de saison cette fois ? « On a déjà quelques pistes mais c’est trop tôt pour le dévoiler », sourient le frère et la sœur.