La Banque postale s’engage à sortir des énergies fossiles d’ici 2030

ENVIRONNEMENT La banque française avance ainsi de dix ans son objectif initial

20 Minutes avec agences
— 
La Banque postale.
La Banque postale. — GILE MICHEL/SIPA

La Banque postale a annoncé ce jeudi qu’elle s’engageait à sortir des énergies fossiles à l’horizon 2030. Il s’agit d’une « étape majeure dans sa stratégie bas carbone », a affirmé l’établissement bancaire dans un communiqué de presse.

« La Banque postale est […] la première banque au monde à s’engager pour une sortie totale des secteurs du pétrole et du gaz d’ici 2030 », poursuit la banque, avançant ainsi de dix ans son objectif d’une sortie du gaz et du pétrole. Le montant total des investissements et financements de l’entreprise représente 500 millions d’euros pour le charbon et 700 millions d’euros pour le pétrole et le gaz.

Gaz de schiste et forage en eaux profondes

La Banque postale va changer sa politique à l’égard des entreprises productrices de pétrole ou de gaz ou construisant des infrastructures dans ces secteurs. Elle va cesser de financer des projets énergétiques basés sur le pétrole ou le gaz, de fournir des services financiers à certaines entreprises et va se désinvestir progressivement de ces projets. Pour le charbon, cette évolution est déjà en cours.

« Si [les entreprises] ne sont pas engagées dans un plan de transition qui est crédible, on ne les accompagnera pas », a assuré Philippe Heim, président du directoire de La Banque postale. Cette sortie des énergies fossiles concerne également le gaz et le pétrole « non conventionnels » aux techniques d’exploitations spécifiques (pétrole et gaz de schistes, forage en eaux profondes et en zones arctiques).

Une « banque responsable »

Cette trajectoire de décarbonation a été validée par l’initiative scientifique « Science Based Targets » (SBTi), pilotée par quatre organisations mondiales dont le Pacte mondial des Nations unies (UNGC) et le Fonds mondial pour la nature (WWF). La Banque postale est la première banque française à disposer d’une trajectoire de décarbonation validée par la SBTi, a-t-elle affirmé.

« Cette thématique de banque responsable est pour nous un argument de positionnement qui est fort, aussi pour notre marque employeur », a ajouté Philippe Heim. « Des collaborateurs viennent chez nous précisément parce qu’il y a une réponse à leur demande de sens. » La Banque postale s’était déjà engagée à la neutralité carbone pour 2040 et à la sortie définitive du charbon thermique d’ici 2030.