Les emballages plastiques pour certains fruits et légumes seront interdits dès le 1er janvier 2022

ENVIRONNEMENT Aujourd’hui, 37 % des fruits et légumes sont vendus emballés dans les magasins français, ce qui représente entre un et deux milliards d’emballages utilisés chaque année

20 Minutes avec agence
Illustration d'un rayon fruits et légumes dans un supermarché.
Illustration d'un rayon fruits et légumes dans un supermarché. — ALLILI MOURAD/SIPA

Dès le 1er janvier 2022, de nombreux emballages plastiques vont disparaître des supermarchés. La Cellophane, les barquettes ou les sachets plastiques seront ainsi interdits. Cette nouvelle mesure entre dans le cadre de la loi anti- gaspillage votée début 2020. Le nouveau décret doit être publié ce mardi, selon les informations du Journal du Dimanche.

A compter de l’année prochaine, il ne sera donc plus possible d’emballer certains fruits et légumes sous plastique. Les légumes concernés sont : les poireaux, courgettes, aubergines, concombres, poivrons, pommes de terre et carottes « normales ». Mais aussi les tomates rondes, les oignons et navets « normaux », les choux, les choux-fleurs, les courges, le panais, les radis, les topinambours et les légumes racines.


Jusqu’à 15.000 euros d’amende en cas de non-respect

Même évolution du côté des fruits. Les emballages plastiques seront interdits pour les pommes, les poires, les bananes, les oranges, les clémentines, les kiwis, les mandarines, les citrons et les pamplemousses mais aussi pour les prunes, les melons, les ananas, les mangues, les fruits de la passion et les kakis. Les produits bio sont également concernés. Le non-respect de cette mesure pourra entraîner jusqu’à 15.000 euros d’amende et une astreinte journalière de 1.500 euros.

Toutefois, plusieurs fruits et légumes pourront faire l’objet d’exception, indique le JDD. C’est notamment le cas des produits conditionnés par lots de 1,5 kg ou plus ainsi que des « fruits et légumes présentant un risque de détérioration lors de leur vente en vrac ». Ces exceptions vont durer jusqu’en 2026, avec plusieurs paliers prévus le 30 juin 2023, le 31 décembre 2024 et le 30 juin 2026. Elles ont été mises en place pour permettre aux sociétés d’avoir le temps de développer des emballages sans plastique.

Aujourd’hui, 37 % des fruits et légumes sont vendus emballés dans les magasins installés en France. Entre un et deux milliards d’emballages sont ainsi utilisés chaque année. La France semble donc avoir décidé d’agir et s’est fixé comme objectif de sortir du plastique à usage unique d’ici 2040. D’ici 2030 déjà, 20 % des produits proposés à la vente dans les grandes et moyennes surfaces devront être vendus en vrac, contre 1 à 3 % aujourd’hui.