Réchauffement climatique : A Berlin, Greta Thunberg exhorte les partis politiques à en faire plus pour le climat

MANIFESTATION La militante écologiste participe à une manifestation à Berlin, à deux jours des élections législatives en Allemagne

M.Co. avec AFP
— 
Greta Thunberg lors de la manifestation pour le climat à Berlin, ce 24 septembre.
Greta Thunberg lors de la manifestation pour le climat à Berlin, ce 24 septembre. — Michael Sohn/AP/SIPA

Une nouvelle alerte. Greta Thunberg a reproché vendredi aux partis politiques de « ne pas en faire assez » pour lutter contre le réchauffement, dans un discours adressé à des milliers de personnes mobilisées à Berlin pour défendre le climat, à deux jours des législatives allemandes.

« Oui, nous devons voter et vous devez voter. Mais n’oubliez pas que le vote seul ne suffira pas. Nous devons continuer à descendre dans la rue et à exiger de nos dirigeants qu’ils prennent des mesures concrètes en faveur du climat », a lancé la militante écologiste suédoise.

Deux jours avant les législatives allemandes, des milliers de défenseurs de l’environnement, menés par Greta Thunberg, manifestent ce vendredi dans tout le pays pour mettre la pression sur les candidats et réclamer des mesures décisives contre le réchauffement climatique à l’occasion du « scrutin du siècle ».

« La terre a la fièvre »

Aux cris de « Stop au charbon », une foule bigarrée s’est rassemblée à la mi-journée face au palais du Reichstag, à Berlin, où siègent les députés allemands, déployant banderoles et drapeaux. « La terre a la fièvre », « Il s’agit de notre avenir », « Vote » proclamaient les pancartes brandies par une majorité de manifestants adolescents, mais également des familles venues avec de jeunes enfants.

Pour l’avenir de la planète, il s’agit du « scrutin du siècle », a affirmé Luisa Neubauer, responsable en Allemagne du mouvement « Fridays for future ». « Fridays for future », lancé en 2018 et devenu la tribune de la « génération climat », organise ce vendredi sa 8e « grève » dans plus de 70 pays, avec 470 mobilisations prévues en Allemagne.

Des élections ouvertes

Le message est adressé aux candidats en lice pour remplacer Angela Merkel à la chancellerie, à l’issue d’un vote à suspense, dimanche, dont les jeux restent totalement ouverts.

Dans la dernière ligne droite avant les législatives, les sondages prédisent un match serré entre les sociaux-démocrates en tête avec 25 % des intentions de vote et le camp conservateur (CDU/CSU), remonté à 23 % selon un dernier sondage Civey jeudi.

Protéger l’environnement, une priorité des programmes électoraux

Dans leurs programmes électoraux, les trois principaux candidats ont fait de la protection de l’environnement l’une de leurs priorités pour les quatre prochaines années, s’engageant à agir pour limiter le réchauffement climatique mondial à 1,5 °C.

L’objectif de neutralité climatique en 2045 fait consensus entre les partis allemands, tout comme le développement des énergies renouvelables. Mais les moyens d’y parvenir font débat, entre la gauche favorable à une large intervention de l’Etat et la droite qui mise sur le secteur privé.

Dans un récent rapport, l’ONU a conclu que limiter le réchauffement climatique mondial à 1,5 °C est impossible sans une réduction immédiate et massive des émissions de gaz à effet de serre.

L’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique appelait à limiter le réchauffement planétaire à moins de 2 °C au-dessus du niveau pré-industriel, et dans l’idéal à 1,5 °C.

Mais sur la base des engagements actuels des Etats membres de l’accord, « le monde est sur le chemin catastrophique de 2,7 °C », a mis en garde récemment le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.