Toulouse : Quels véhicules polluants vont bientôt être interdits en ville ?

POLLUTION Pour réduire la pollution issue du trafic routier, une zone à faible émission devrait être déployée en octobre sur la métropole toulousaine. Elle concernera dans un premier temps les véhicules utilitaires et les poids lourds les plus polluants

Béatrice Colin
— 
Voiture pot d'echappement pollution fumee.
Voiture pot d'echappement pollution fumee. — Alexandre GELEBART/20MINUTES
  • Pour réduire la pollution dans les métropoles françaises, des zones à faible émission (ZFE) sont mises en place d’où les véhicules les plus polluants sont exclus.
  • Celle de Toulouse devrait voir le jour début octobre et concernerait cette année les utilitaires et poids lourds non classés et Crit’Air 5.
  • Les voitures les plus polluantes des particuliers ne seront concernées qu’à partir de 2023, leurs propriétaires peuvent bénéficier de primes au changement.

L’an dernier, les confinements successifs ont permis aux Toulousains de mieux respirer. Un bol d'air forcé qui a pris fin et rapidement signé le retour des bouchons aux heures de pointe sur le périphérique. Et avec eux la pollution. Il y a deux ans, 7.650 habitants de la Ville rose ont ainsi été exposés à des dépassements des valeurs limites de dioxyde d’azote, aux effets nocifs sur la santé.

Pour inverser la tendance, à Toulouse et dans d’autres métropoles françaises, l’Etat a rendu obligatoire la mise en place de zones à faible émission (ZFE), des territoires où les véhicules les plus polluants sont exclus. Celle de l’agglomération toulousaine sera effective bientôt sur un périmètre ceinturé par le périphérique et la rocade Arc-en-Ciel, à l’Ouest.

Le périmètre de la Zone à faible émission de la métropole toulousaine.
Le périmètre de la Zone à faible émission de la métropole toulousaine. - Toulouse Metropole

« Nous calons les dernières modalités pour le début du mois d’octobre. Nous avons fait le choix d’une ZFE progressive qui ne touchera les véhicules individuels qu’en 2023 », a expliqué Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole.

Utilitaires et poids lourds dès cette année

Dès que l’arrêté sera pris, les poids lourds et véhicules utilitaires ayant une vignette Crit’Air 5 et ceux non classés ne pourront plus rentrer dans le périmètre ZFE, soit un peu moins de 2.500 véhicules qui viennent tous les jours dans la métropole. « En 2022 cela concernera les mêmes véhicules Crit’Air 4, soit environ 8.000 utilitaires et poids lourds. L’année suivante, ce sera au tour des véhicules légers Crit’Air 5 et en 2024 les voitures Crit’Air 4 », explique François Chollet, vice-président de la métropole chargé de l’Ecologie, du développement durable et de la transition énergétique.

Des primes jusqu’à 20.000 euros pour changer

Au cours de la concertation qui a eu lieu sur le sujet cet été, il s’est rendu compte qu’il y avait une incompréhension sur la mesure. « Certains croyaient que tous les véhicules diesel allaient être interdits, pensant qu’on allait les obliger à changer de voiture. D’autres nous ont dit qu’on les prenait à la gorge, mais c’est important de dire rappeler que les particuliers ne seront concernés qu’en 2023 », rappelle l’élu.

Pour aider ceux qui seraient concernés à changer leur véhicule, qu’il soit artisan ou propriétaire d’une vieille guimbarde, un dispositif d’aide a été mis en place. Et certains y ont déjà eu recours. Les entreprises de moins de 50 salariés, premières concernées, peuvent bénéficier d’une prime maximum de 20.000 euros dans la limite de trois véhicules polluants remplacés ou de l’acquisition de trois vélos cargos.

Les particuliers sont aussi éligibles sous condition de ressources à des aides lors de l’achat ou la location d’une voiture plus propre ou d’un vélo. « Pour l’instant, 70 % des aides versées pour un changement de véhicule l’ont été à la tranche de revenus la plus basse », souligne François Chollet, rappelant au passage que la Loi permet à la collectivité de donner des dérogations transitoires sur une durée limitée pour ceux qui auraient des difficultés pour changer leur vieille voiture.

Contrôle automatisé, pas avant mi-2023

Si l’arrêté d’instauration de la ZFE doit être pris d’ici peu, son application sera certainement plus longue. Les premiers temps, les autorités veulent faire preuve de « pédagogie ». Les contrôles pour voir si cette mesure est bien appliquée par les propriétaires des véhicules concernés seront au début aléatoires et menés conjointement par la police nationale et municipale.

Le contrôle automatisé par des caméras ne devrait être déployé qu’à la mi-2023. Sans cette vidéoverbalisation, « il y a un risque » de voir resquiller les propriétaires de vieux tacots polluants.